CEREMONIE DE PRIERES POUR UN DEFUNT
Il y a plusieurs variantes de prières d’un défunt, la variante ci-après n’est qu’un choix parmi d’autres.
Cette prière est une prière d’intercession : on demande à DIEU de pardonner à son frère (ou sœur) et de l’accueillir dans son Paradis.

1 – Le lavage du corps Il comprend 3 phases :

1ère phase :
On lave tout le corps de la tête aux pieds avec du savon en évitant lorsqu’on lave le haut (buste) que l’eau ne rentre par la bouche car elle risque de ressortir (par l’anus). Pour ce faire, il faut légèrement soulever le buste au moment du lavage (lorsqu’on lave le visage).
Observation :
Pour faciliter la toilette, on pose le corps dans un lieu surélevé. Celui qui lave doit mettre un gant ou utiliser un morceau de tissu, poser un morceau de tissu assez large sur les parties génitales du mort.

2ème phase : Le grand lavage (sangu sett)
Cette phase consiste à effectuer sur le mort la grande ablution (sangu sett) avec de l’eau simple.
– nourrir l’intention d’effectuer sur le corps le grand lavage.
– laver d’abord les mains 3 fois
– soulever le buste en l’inclinant vers le bas pour rincer la bouche, en évitant donc de le faire boire.
– idem pour les narines
– laver le visage 3 fois
– les avant-bras

– la tête 3 fois y compris la nuque
– les oreilles
– les pieds
– ensuite laver tout le côté droit du corps
– puis tout le côté gauche

 

3ème phase :

Cette dernière phase consiste simplement à rincer tout le corps avec de l’eau camphrée puis on verse enfin quelques gouttes de parfums sur le corps.

2-Le linceul (Thiangaï)
* Pour l’homme, 5 pièces (morceaux) de tissu (percale) :
– 1 pièce sert de pantalon
– 1 pièce sert de kaftan
– 1 pièce sert de turban, entourant toute la tête et tout le visage
– les 2 pièces mises l’une sur l’autre (le pan gauche sur le pan droit) servent à envelopper le corps, on attache ensuite les 2 bouts.
* Pour la femme, 7 pièces sont nécessaires :
– 1 pièce sert pour le pagne
– 1 pièce pour la camisole
– 1 pièce pour le foulard qui enveloppe toute la tête
– les 4 pièces mises ensemble pour envelopper tout le corps ainsi habillé.
Observations :
Une fois le corps lavé, et avant de procéder à « l’habillage », on doit mettre de grands morceaux de coton au niveau des « orifices » du corps ; afin de limiter davantage les fuites ou perte de liquide provenant du corps.
– un morceau de coton est placé sur tout le visage jusqu’aux oreilles
– un morceau au niveau des parties génitales couvrant également les fesses
– on place également un morceau de coton au niveau des articulations (coude, genou)
– on asperge tous ces morceaux de parfum…

3- La prière :

Il est souhaitable par conséquent qu’elle soit dirigée par un homme reconnu et accepté par la communauté pour ses qualités et ses efforts dans la voie d’Allah. La prière se pratique en station debout et comprend 4 « kabars » (Allâhu Akbar).
Prière du mort / 4 kabars :
1er Kabar : Fatiha + Prière n°1 + Salatoul Fatihi + Prière n°2
2ème Kabar : Prière n°2
3ème Kabar : Prière n°2
4ème Kabar : Prière n°2 + Prière n°3

Prière n°1 :
Al Hamedoulil laahi lezii amaata wa ahyaa. Wal Hamedoulil laahi lezii youhyiil mawtaa, wa houwa a’laa koulli chey-ine qhadiiroune. Allaahoumma salli a’laa Seyyidinaa Mouhammadine wa a’laa aali Seyyidina Mouhammadine kama salayta a’laa Ibrahiima Wa a’laa aali Ibrahiima. Wa Baarik a’laa Seyyidina Mouhammadine wa a’laa aali Seyyidinaa Mouhammadine kama baarakta a’laa Ibrahiima wa a’laa aali Ibrahiima fil Aa’lamiina, innaka Hamiidoune Madjiidoune.

Prière n°2 :
(Si la personne décédée est un HOMME)
Allaahoumma innehou a’bdouka, wabnou a’bdika, wabnou ammatika, kaana yache-hadou ane laa ilaaha illaa anta wahdaka laa chariika laka, wa anna Mouhammadane a’bdouka wa Rassoûlouka, wa anta ahlamou bihi. Allaahoumma ine kaana mouhesinane, fazid fii ihessaanihi, wa ine kaana moussii-ane, fatadjaawaze ane sayyi – aatihi. Allaahoumma laa tahrimenaa adj-rahou, walaa taftinaa bahdahou.

(Si la personne décédée est une FEMME)
Allaahoumma innehaa ammatouka, wa binetou a’bdika, wa binetou ammatika, kaanate tache hadou ane laa ilaaha illaa anta wahdaka laa chariika laka, wa anna Mouhammadane a’bdouka wa Rassoûlouka, wa anta ahlamou bihaa. Allaahoumma ine kaanate mouhesinatane, fazid fii ihessaanihaa, wa ine kaanate moussii-atane, fatadjaawaze ane sayyi – aatihaa. Allaahoumma laa tahrimenaa adj-rahaa, walaa taftinaa bahdahaa.
(Si la personne décédée est un ENFANT)
Allaahoumma innehou a’bdouka, wabnou a’bdika, anta khalaqhetahou wa Razaqhtahou, wa anta amat-tahou wa anta touh-yiihi. Allaahoumma idje-alehou liwaalidayhi salafane, wa zouhrane, wa faratane (khaaraye), wa adj-rane, wa sakh-khil Bihi mawaaziinahoumaa, wa a(h)zime bihi oudjoû-rahouma, walaa taftinaa wa iy-Yaahoumaa bahdahou. Allaahoumma alhiqhe-hou bi saalihi salafil moûminiina fii kafaalati Ibrahiima, wa abdilehou, daarane khayrane mine daarihi, wa ahlane khayrane Mine ahlihi, wa aa’fihi mine fitnatil qhabri wa a’zaabi djahane-nama

Prière n°3 :
Allahoumma ighfir li-aslaafinaa, wa afraatinaa, wa mane sabakhanaa bil iimaani. Allaahoumma mane ahyayetahou min-naa fa-ahyiihi a’laal iimaani, wa mane tawaf-faytahou min-naa fatawaf-fiihi a’laal islaami. Waghfir lil mouslimiina wal mouslimaati. Rabbanaa aatinaa fid-dounyaa hassanatane, wa fil aakhirati hassanatane wa qhiina azaban-naari.

Commentaire :

– La Prière n°1 consiste en des louanges adressées à DIEU plus une prière sur le Prophète (variante dite Salatoul Ibrahima) . Certains récitent en plus le Salatoul Fatiha.

– La Prière n°2 est l’invocation proprement dite en faveur du mort.
– La Prière n°3 est une invocation dite en faveur de ceux qui nous ont devancé dans l’au-delà et de ceux qui sont en train d’effectuer la prière funéraire.
Lorsque vous êtes dans les rangs (vous ne dirigez pas la prière) et que l’imam qui dirige la prière est très rapide (ce qui est très souvent le cas), vous pouvez effectuer la prière comme suit :
1er Kabar : Fatiha
2ème Kabar : Salatoul alla Nabi (Salatoul Ibrahima + Salatoul Fatiha)
3ème kabar : invocation en faveur du mort
4ème kabar : prière en faveur de l’assemblée (juste la dernière phrase : « Rabana aatinaa fi-dounya hassanatane, wa fil aakhirati hassanatane wa qhinaa azaabane-naari »)
Cela donne : (exemple d’un homme décédé)

1er kabar :
Fatiha
2ème kabar :
Al Hamedoulil laahi lezii amaata wa ahyaa. Wal Hamedoulil laahi lezii youhyiil mawtaa, Wa houwa a’laa oulli chey-ine qhadiiroune. Allaahoumma salli a’laa Seyyidinaa Mouhammadine a a’laa aali Seyyidina Mouhammadine kama salayta a’laa Ibrahiima Wa a’laa aali Ibrahiima. Wa Baarik a’laa Seyyidina Mouhammadine wa a’laa aali Seyyidinaa Mouhammadine kama baarakta a’laa Ibrahiima wa a’laa aali Ibrahii ma fil aa’lamiina, innaka Hamiidoune Madjiidoune.
Ajouter éventuellement le Salatoul Faatihi

3ème kabar :

Allaahoumma innehou a’bdouka, wabnou a’bdika, wabnou ammatika, kaana yache-hadou ane laa ilaaha illa anta wahdaka laa chariika laka, wa anna Mouhammadane a’bdouka wa Rassoûlouka, wa anta ahlamou bihi. Allaahoumma ine kaana mouhesinane, fazid fii ihessaanihi, wa ine kaana moussii-ane, fatadjaawaze ane sayyi – aatihii. Allaahoumma laa tahrimenaa adj-rahou, walaa taftinaa bahdahou.

4ème kabar :

« Rabbanaa aatinaa fid-douneyaa hassanatane, wa fil aakhirati hassanatane wa qhinaa azaabane-naari »

TRADUCTION

Prière n°1 : Louange à Dieu qui donne la mort ainsi que la vie. Louange à Dieu qui ressuscite le mort, il a pouvoir sur toutes choses.Oh mon Dieu, répands tes prières sur Seydinaa Mouhammad (S.A.S) et sa famille de la même manière que tu as répandu tes prières sur Seydinaa Ibrahim et sa famille. Répands tes bénédictions sur Seydinaa Mouhammad (S.A.S) et sa famille de même que tu l’as fait pour Seydina Ibrahim et sa famille …..
Certes tu es celui …..

Prière n°2 : Oh mon dieu, cet homme étendu devant nous est ton esclave, fils de tes esclaves (son père, sa mère). Vivant, il attestait de ton unicité sans associé et que Mouhammad est ton serviteur et ton envoyé et nul ne connaît cet homme mieux que toi Oh mon Dieu si cet homme s’attelait au bien multiples ses bienfaits Si par contre, sous le joug de Satan, il a œuvré dans le mal, ignore ses mauvaises actions. Ne nous prive pas, oh mon Dieu des récompenses dont tu le combleras; ne nous éprouve pas après lui.
Prière pour un enfant : Oh mon Dieu, cet enfant est ta créature (esclave) fils de ton esclave, C’est toi qui lui a ôté la vie et c’est toi qui le ressuscitera. O mon Dieu, fais de cet enfant une provision pour ses parents. Alourdis la balance de leurs œuvres par lui augmente leurs récompenses ne les éprouve pas de même que nous après lui. Oh Dieu élève le jusqu’aux cercles des vertueux croyants Seydina Ibrahima Donne lui une demeure meilleure que celle qu’il vient de quitter, une compagnie meilleure que celle qu’il laisse et protège le de toute épreuve de la tombe ainsi que du châtiment de l’enfer.

Prière n°3 : Oh Dieu, pardonne à ceux qui nous ont précédés, à ceux qui viendront après nous ainsi qu’à tous ceux qui nous précèdent dans la foi. Oh mon Dieu celui que tu laisses vivant parmi nous, fais le vivre dans la foi et celui que tu feras mourir parmi nous, ôtes lui la vie dans la soumission à Toi Pardonne à tous les musulmans, hommes et femmes Oh notre Seigneur fais nous la part belle en ce monde et dans l’au-delà épargne nous les tourments du feu.

4 – L’enterrement

– Ce sont les personnes proches (par les liens du sang) qui doivent enterrer la femme (mari, père, frère, fils,…).
– Si c’est un homme qu’on enterre, il n’est pas nécessaire de tenir un pagne au dessus du corps au moment de l’introduction dans la tombe. Au contraire il est souhaitable que l’assemblée voit bien toute la scène d’enterrement pour être davantage édifiée – si besoin était – de la précarité de la vie.
– Si c’est une femme qu’on enterre, on maintient le pagne pour ne pas dévoiler ses « formes ». Là, également l’Islam profite de cette occasion pour montrer à quel point il tient à garder une certaine « distance » entre l’homme et la femme non mariés.
– On entre le corps par son côté droit qu’on glisse subitement vers le fond de la tombe, de l’Ouest vers l’Est.
Il est très souhaitable que les gens qui procèdent à cet acte disent les paroles suivantes :
« Bismil Laahi wa alaa sounnatir – Rassoulilaahi Allaahoumma taqqhabalehou bi ahsani qhabouline » « Au nom de Dieu et conformément à la sounna (tradition) du Prophète. Oh mon Dieu accepte les œuvres de notre compagnon avec la plus grande sollicitude ». Ou bien
Bismil Laahi wa alaa mil-ati Rassoulilaahi Allaahoumma taqqhabalehou bi ahsani qhabouline »
S’il s’agit d’une femme, il convient de dire …taqqhabalehaa…
En effet on rapporte des hommes de Dieu que même si le mort devait être puni Dieu par la grâce de ces paroles suspendra toute punition pendant 40 ans, 40 ans pendant lesquels ses parents et proches prient en principe pour lui, pour son pardon.

– Une fois le corps introduit, on procède à l’ensablement – ici aussi il y a des invocations utiles. « Minehaa khalaqhenaakoum fiihaa nou -iidoukoum minehaa noukheridjoukoum taaratane oukheraa »

Traduction :

« De cette terre nous t’avons créé à elle nous te remettons. Et d’elle nous te sortirons une dernière fois. »
– Une fois l’ensablement terminé, on dit l’invocation suivante :
* S’il s’agit d’un homme :
« Allaahoumma inna sahibanaa qhad nazala bika wa khallafa douneyaa waraa-a zahrihii waftaqhara illaa maa indaka. Allaahoumma sabbite indal mas-alati mantiqhahou wa laa tabtaliihii fii qhabrihii bimaa laa taaqhata lehou wa alhiqhe-hou bi nabiyyihi seyyidinaa Mouhammadine sallal-laahou aleyhi wa sallama ».
* S’il s’agit d’une femme :
« Allaahoumma inna sahibatanaa qhad nazalate bika wa khallafate douneyaa waraa-a zahrihaa waftaqharate illaa maa indaka. Allaahoumma sabbite indal mas-alati mantiqhahaa wa laa tabtaliihaa fii qhabrihaa bimaa laa taaqhata lahaa wa alhiqhe-haa bi nabiyyihaa seyyidinaa Mouhammadine sallal-laahou aleyhi wa sallama ».

Traduction :

« Oh mon DIEU, notre compagnon s’est présenté à Toi en laissant derrière lui ce monde-ci c’est un fakhir (pauvre) qui est venu à Toi, désireux d’obtenir ta grâce. Oh mon DIEU assiste lors de l’interrogatoire qu’il va subir dans quelques instants, ne lui fait pas supporter une épreuve hors de sa capacité et « élève » le à la hauteur de son Prophète, notre maître Mouhammad, paix et salut sur lui.
Enfin on procède aux prières (FIDAO) collectives (la prière adressée aux morts est appelée FIDAO) dont voici un exemple
Fatiha +Salatoul alla Nabi (ex. : Salatoul Fatiha) +11 khoul Houwa Allâhu Ahadoune +7 Ina Anzalnaahou fi Leylatil Quadri +1 Ayatoul Koursiyou +Salatoul alla Nabi
Puis dire :
Yalla lii ma djangue, Yalla nga nangou ko, ci daradièye Yonèneté bi sallaal laahou aleyhi wa sallam, diox koko adiya, diox yool bi diwe (X) (dire le nom du mort).
Il est enfin recommandé qu’une ou quelques personnes disent la prière suivante
s’il s’agit d’un homme :
« Allaahoumma ighfirlehou war hamhou wa toub aleyhi » (70 fois).
« Om mon dieu pardonne lui ses péchés, aie pitié de lui et accepte son repentir ».
S’il s’agit d’une femme :
« Allaahoumma ighfirlehaa war hamhaa wa toub aleyhaa »(70 fois).
Puis on dit une prière pour les autres musulmans enterrés sur place par exemple
Fatiha +Salaatou alaa Nabi +11 khoul Houwa +Salaatou alaa Nabi
L’enterrement est terminé. Mais lorsque l’assistance s’éloigne, quelqu’un doit rester au niveau de la tête et interpeller le mort : « Eh toi (X) fils ou fille de (Y) ». Si on ignore le nom de la mère (y), on dit : « Eh toi (X) fils ou fille de fulaanatine », qui veut dire une « telle » en arabe.

« Yaa fulaane ibn/bint fulaanatine » « Yaa filaane ibn/bint fulaanatine » « Yaa fulaane ibn/bint fulaanatine »
Ouzekour (Ouzekourii) maa kharajeta aleyhi minad-douneyaa wa hiya chahaadatou ane laa ilaaha illal laahou wa anna Mouhammadane Rassoûloulaahi wa anaka radayeta (anaki radayeti) bil laahi rabbane wa bil islaami diinane wa bi Mouhammadine sallal laahou aleyhi wa sallam nabiyyane wa bil Qhour-aani imaamane wa anna saa-ata aatiyatoune laa rayeba fiihaa wa anna laaha yab-assou mane fil qhoubouri
Si le mort est une femme on utilisera les mots entre parenthèse :
(Ouzekourii) (anaki radayeti)

Traduction :

Eh toi X fils ou fille de Y
Eh toi X fils de Y
Eh toi X fils de Y
Souviens-toi de ton pacte en ce bas monde :
L’attestation que tu formulais à savoir qu’il n’y a de Dieu qu’ALLAH et Mouhammad est son envoyé et le bonheur que tu éprouvais d’avoir :
ALLAH comme Seigneur, l’Islam comme religion, Mouhammad comme Prophète, le Coran comme guide.
Egalement tu n’avais pas le moindre doute quant à la venue de l’heure du jugement dernier et tu as toujours cru que DIEU ressuscitera les habitants des tombeaux.

COMMENT VISITER LES CIMETIERES

Prière à dire lorsque l’on rentre dans un cimetière, ici aussi plusieurs variantes. On en proposera deux.
1ère version :
Bismil-Laahir Rahmaanir Rahiime , »Assalaamou aleïkoum yaa ahlal qhoubouri minal mouslimiina , wal mouminiina. Antoum lanaa salafoune wa nahnou lakoum ,touba-oune wa inaa ine chaa-a-allaahou bikouma laahiqhouna »
« Que la paix soit sur vous oh vous nos frères musulmans et croyants, habitants de ces tombeaux. Vous nous avez précédé et nous vous rejoindrons bientôt et s’il plait à Dieu nous viendrons à votre rencontre ».
+ Aayatoul Koursiou :
Puis :
« Allaahoumma rabba haazihil adjesaadil baaliyyati wal izhaamine nakhirati allatii kharadjate minad-douneyaa wahiya bika mouminatoune adkhil aleïha rawehane mineka wa salaamane mine-nii. »
« Oh toi Seigneur de ces corps et de ces os en piteux état et en décomposition et qui ont quitté ce monde en croyants irradie les de ta lumière et donne leur mon salut ».

2ème version

Bismil-Laahir – Rahmaanir – Rahiime ,Assalaamou aleykoum ya ahlal laa ilaaha illal laahou Assalaamou aleykoum ya ahla daara qhawemil mouminiina Assalaamou aleykoum ya ardal djinaani ,Antoumouss-ssaabiqhouna wa nahnou ine chaa-al-laahou ,ta-aala bikoume laaqhiqhouna .Abchirou bi anna saa-ata aatiyatoune laa rayeba fiihaa wa anna laaha yab-assou-mane fil qhoubouri .Aanasakoumoul laahou ta-aala, charrafakoumoul laahou bi chahadati ane laa illaaha illal laahou wahdahou laa charika lahou wa ach-hadou anna Mouhammadane abdouhou wa Rassoulouhou. Allaahoumma idje-al aldjannata manezilahoum wa maskanahoum wa mahallahoum wa aqhoulou lakoum : Assalaamou aleykoum wa rahmatoul laahi wa barakaatouhou.
+ Réciter Aayatoul Koursiou
Puis Qhoul Houwa Allaahou Ahad (11 fois) pour tous les gens enterrés dans ce cimetière.

* Que la paix soit avec vous oh vous gens qui attestez : « Laa ilaaha illal Laahou ».
* Que la paix soit avec vous oh vous habitants des maisons des croyants.
* Que la paix soit avec vous oh vous habitants du paradis
* Vous nous avez précédés et s’il plait à Dieu le très haut nous viendrons à votre rencontre.

Réjouissez-vous de la venue certaine de l’heure du jugement sans le moindre doute à cet égard. Réjouissez-vous car Dieu ressuscitera les habitants des tombeaux.
Que Dieu le très Haut « vous tienne compagnie » (wétteli).
Que Dieu vous honore par les paroles bénies de l’attestation de la foi.
Oh mon Dieu fais du paradis leurs demeures, leurs résidences, leur bien de séjour.
Sur ce, je vous dis : « Assalaamou aleykoum wa rahmatoulaahi wa barakaatouhou ».
Si vous allez à une tombe particulière, en plus des fidaos évoqués, il est également et particulièrement recommandé de réciter la prière suivante sur la tombe visitée pour solliciter le pardon de Dieu pour le mort :

Bismil-Laahir – Rahmaanir – Rahiime
Al hamedoulil laahi lezii la yabqhaa illa wadjehouhou wa laa yadoumou illa Moulkouhou. Ach-hadou ane laa ilaaha illal Laahou wahdahou laa chariika lehou, ilaahane wahidane ahadane fardane samadane lam yatakhize sahibatane wa laa waladane wa lam yakoune lahou koufou-ane ahadoune ; wa ach-hadou anna Mouhammadane Abdouhou wa Rassoulouhou kamaa houwa ahlouhou.
Falil Laahil hamedou Rabiss-ssamaawaati wal ardhi Rabbil aalamina wa lahoul kibriyaa-ou fiss-ssamaawaati wal ardhi wa Houwal Aziizoul Hakiimou. Chahidal laahou annehou laa ilaaha illa Houwa wal malaa-ikatou wa ouloul ilmi qhaa-imane bil qhisthi laa ilaaha illa Houwal Aziizoul Hakiime.
Puis « fermer » en disant : « Allaahoumma idje-al sawaaba haazihil kallimaatou li-saabihi haazal qhabri ».
« Yalla lii ma djangue yalla nga nangou ko ci daradièye Yonèneté bi (S.A.S) défal ko ko adiya diox yool bi diwe , ak mboolémou dioulit.
Louanges à Dieu dont la seule face subsistera et dont la seule royauté demeurera.
J’atteste qu’il n’y a de Dieu que DIEU, sans associé, dieu unique, vers qui tout tend ; celui qui n’a pas compagnon, ni enfant, ni pareil.De même j’atteste que MOUHAMMAD est son esclave et son envoyé comme il convient. Louanges à DIEU Seigneur des cieux et de la terre, Seigneur des mondes à lui la grandeur dans les cieux et la terre c’est lui le Aziizoul Hakiimou.

G – La prière suivante est un fidao particulier à l’adresse des parents (père et mère), permettant « d’annuler » tout « AKH » envers eux :

1) Qhoul Houwa 11 fois
2) Sourate Yaa-sin 1 fois
3) Doua (prière) ci-après :

Al hamedou Lillaahi Rabbil aalamiine, Rabbiss-ssamaawaati wa Rabbil ardi, Rabbil aalaamine wa lehoul kibriyaa-ou, fiss-ssamaawaati wal ardi wa Houwal Aziizoul Hakiimou, Lillaahil hamedou Rabbiss-ssamaawaati wa Rabbil ardi, Rabbil aalaamine wa lehoul azamatou fiss-ssamaawaati wal ardi wa Houwal Aziizoul Hakiime. Houwal malikou Rabbiss-ssamaawaati wa Rabbil ardi, wa Rabboul aalamiina wa lehoune-noûrou fiss-ssamaawaati wal ardi wa Houwal Aziizoul Hakiime. Allaahoumma idje-al sawaabahaa liwaalidayya.
Si on ne connaît pas la sourate Yaa-sin, on peut faire la Doua (prière) ci-dessus tout simplement + les Ikhlâs (à distance ou lors de visite de la tombe).
D’une manière générale, lorsqu’on entre dans un cimetière, il faut avoir le réflexe » de réciter au moins le verset Ayatoul Koursiyou et 11 Qhoul Houwa, en guise de adiya au Prophète et le bénéfice (« yool bi  » ) aux habitants des tombeaux.

Chaque fois qu’un musulman récitera le verset dit du trône « Ayatoul Koursiyou » dans un cimetière, Dieu dans sa miséricorde infinie, fera bénéficier aux habitants des tombeaux (on dit même aux habitants de toute tombe de musulmans depuis notre ancêtre Adama jusqu’au moment de la récitation), une quantité inestimable de bienfaits, de soulagement et de faisceaux de lumière, (Mbourou leer).
Il est rapporté que toute cette quantité de lumière vous sera à votre tour accordée lorsque vous quitterez ce monde.
C’est pourquoi il est très utile d’associer, ce verset à tout fidao.

3) LE VEUVAGE « TEINDJE »

Il dure 4 mois lunaires et 10 jours exactement pour toute femme musulmane dont le mari est décédé, à compter du jour du décès, voire de l’heure même du décès. Toutefois si la femme est en état de grossesse, le veuvage finit dès l’accouchement ou si un avortement intervient.
La veuve tant que dure cette période est astreinte aux attitudes suivantes, l’objet étant une certaine retenue de la femme qui doit éviter de mettre en valeur ses atouts. Pendant le veuvage aucun homme n’a le droit de lui faire des propositions.
-pas de coiffure spéciale
– pas de parfum (elle ne doit même pas utiliser un savon parfumé)
– pas de maquillage (poudre, crème, etc…)
– interdiction de teindre ses cheveux (niouleul)
– pas d’habit de cérémonie (sagne-sé)
– pas de bijoux (or, argent,…)
– même le henné (foudeune) est interdit
– pas de vernis à ongle
– pas d’encens (thiouraye, gongo…)
– pas de voyage
– respect de l’habillement musulman : tête couverte, etc…
-si la femme travaille, elle peut reprendre son travail si ça ne nécessite pas de quitter la ville. En effet, elle ne doit passer aucune nuit hors de son lieu de veuvage.

LA PRIERE DU MORT:

– Que doit faire un mourant ?
– Comment s’en occuper une fois qu’il est mort (lavage…)
– Comment prier pour lui ?
A – Au stade de la maladie
Trois choses au moins sont recommandées à une personne atteinte d’une maladie à l’issue de laquelle il craint pour sa vie :
– réparer les injustices commises, si c’est encore possible,
– demander pardon à son entourage (Balou akh) sans oublier son conjoint,
– rendre les dépôts qu’on vous a confiés,
– régler ses dettes ou s’assurer de leur « prise en charge » par une tierce personne,
– dire les prières suivantes autant que faire se peut :
1) 100 fois la sourate IKHLASS (QHOUL HOUWA ALLAAHOU jusqu’à la fin), chacune d’elle étant précédée de la Basmallah (Bismillahir – Rahmaanir – Rahiime). Tout croyant atteint d’une maladie et qui récite la sourate de l’unicité divine 100 fois, s’il mourrait au cours de cette maladie, verrait ses fautes pardonnées incha Allah.
2) La sourate Yaa – Sin
3) Les derniers versets de la sourate n°59 communément appelés « Law Anezalna ».
4) Seydoul Istighfar : la meilleure façon de demander pardon à DIEU (d’après le Prophète – S.A.S).
Allaahoumma Anta Rabbii Laa ilaaha illa anta Khalaqhtanii wa anaa abdouka Wa anaa alaa ahdika Wa wa(h)dika maastatah-tou A-ouzou bika mine charri maa sanahtou A-bou-ou laka bi ni(h)matika aleyya A-bou-ou zanebii, faghfirlii, Fa inahou laa Yaghfirou Zounouba illa anta
Tout croyant qui dans la journée dit les prières précédantes (Lawanezalnaa-ou…et/ou le Seydoul istighfaar) s’il mourrait dans la journée verrait ses fautes pardonnées et ira au Paradis.
Idem s’il dit ces formules la nuit et meurt dans la nuit.
5) Réciter souvent (1 fois par jour) la prière suivante :
12 fois Khoul Houwa Allaahou
12 fois Falaqhi
12 fois Naassi
3 fois Salaatoul Faatihi
Puis demander à DIEU, d’agréer ces prières par égard pour le Prophète (Paix et salut sur lui) et d’inscrire le bénéfice dans les livres de tous ceux envers qui vous avez péché. (Yalla nga nangou lii ma djangue ci daradièye Yonèneté bi (S.A.W) bindeu tiyaaba bi ci teeré kep koo khameni ameel naa ko akh).
En arabe : « Allaahoumma salli wa sallim, alaa Nabiyyika wa habiibika sayydinaa MOUHAMMADINE wa alaa aalihi wa assibnii alaa maa qhara(h)touhou wadjealhou fii sahaa-ifi mane lahou tabii-atoune aleyya mine ibaadika fii maaline awe – irdhine ».
6) Après chaque prière (les 5 prières quotidiennes) prendre l’habitude de dire 5 fois :
Astaghfiroule Laaha. et dire :  » Yalla, yalla na nga ma baal ; baal kep koo khameni améél naa ko akh ». »Oh mon DIEU, pardonne moi ainsi qu’à tous ceux que j’ai offensé, ceux envers qui j’ai péché, ceux à qui je suis redevable de quoi que ce soit ». Car le Prophète (S.A.S) a dit : « demandez le pardon d’Allah pour ceux à l’égard de qui vous êtes redevables. Ce pardon compensera, à leur bénéfice, les torts causés ».

7) Toujours après chaque prière, prendre l’habitude de dire 4 fois les paroles de repentir suivantes :  » Toubtou ileyka yaa rabbii mine koulli cheï-ine laa yourdiika ». « Je me repents (je reviens vers toi repentant) oh mon DIEU de toute chose (que j’ai faite ou dite) que tu n’agrées pas ».
8) L’entourage proche du mourant doit dire à intervalles réguliers la formule
de la chahada (attestation de la foi musulmane) :
« Laa ilaaha illal Laahou Mouhammadar – Rassouloulaahi Sallal Laahou Aleyhi wa Sallam ». devant le mourant pour qu’il s’en rappelle et essaie de dire cette attestation
de foi. En effet le Prophète paix et salue sur lui a dit : « Celui qui meurt en disant ces paroles ira incha Allah au Paradis ». Mais attention, il ne faut pas le forcer à la dire de peur qu’il ne soit sous influence satanique et qu’il refuse de prononcer ces paroles. Car jusqu’à la dernière seconde Satan essaie de détourner le musulman du vrai salut. Ainsi on le dit devant le mourant de manière à ce qu’il entende tout en espérant qu’il le répète avec la langue sinon avec son coeur. S’il fumait, le mourant doit s’en repentir car cette pratique empêche le musulman de prononcer ces paroles.
9) On lui propose de l’eau, de préférence l’eau bénie de Zam – Zam, car le mourant éprouve une grande soif .