Call us : 776415047-776711874
Mail us : babaamini13@gmail.com

Les Miracles du Quran

SOMMAIRES

1. LA CRÉATION DE L’UNIVERS

L’origine de l’Univers est décrite dans le Coran dans le verset suivant:
Lui qui est à l’origine des cieux et de la terre… (Sourate al-An`âm, 101)

Ce qu’affirme ici le Coran est totalement en accord avec les découvertes de la science contemporaine. Selon l’astrophysique contemporaine l’Univers tout entier, ainsi que l’Espace et le temps, sont apparus à la suite d’une grande explosion qui a eu lieu hors du temps. Cet événement, connu sous le nom de “Big Bang”, a produit l’Univers tout entier il y a environ 15 milliards d’années, le créant à partir du néant à la suite de l’explosion d’un point unique. Les cercles scientifiques modernes s’accordent à dire que le Big Bang est la seule explication rationnelle prouvant le commencement et l’apparition de l’Univers. Avant le Big Bang, il n’existait rien de tel que la matière. À partir du néant où il n’y avait ni matière, ni énergie, ni même temps, la matière, l’énergie et le temps ont tous été créés. Cela n’a été que récemment découvert par la physique moderne, alors que le Coran nous l’a annoncé voici 1400 ans.

2. L’EXPANSION DE L’UNIVERS

Dans le Coran, révélé voici quatorze siècles, à une époque où la science de l’astronomie en était à ses balbutiements, l’expansion de l’Univers est décrite ainsi:

Le ciel, Nous l’avons construit par Notre puissance et Nous l’élargissons constamment. (Sourate adh-Dhâriyât, 47)

Le mot “ciel”, utilisé dans ce verset, est employé en divers endroits du Coran pour désigner l’Espace et l’Univers. Ici encore, c’est dans ce sens que le mot est employé. Autrement dit, le Coran nous informe que l’Univers est “en expansion”.
C’est exactement à cette conclusion qu’est parvenue la science aujourd’hui. Jusqu’à l’aube du 20ème siècle, la seule opinion présente dans le monde scientifique était que “l’Univers possède une nature constante et existe depuis un temps infini”. Les recherches, les observations et les calculs effectués grâce à la technologie moderne ont cependant révélé que, en réalité, l’Univers a eu un commencement et qu’il est en expansion constante.
Au début du 20ème siècle, le physicien russe Alexander Friedman et le cosmologue belge Georges Lemaître ont calculé théoriquement que l’Univers est en mouvement constant et en expansion.
Cela devait être prouvé par l’observation en 1929. En observant le ciel avec un télescope, l’astronome américain Edwin Hubble découvrit que les étoiles et les galaxies s’éloignaient constamment les unes des autres. Un univers dont tous les éléments s’éloignent constamment les uns des autres ne pouvait qu’être un Univers en expansion constante. Les observations effectuées les années suivantes le confirmèrent. Alors que nul ne pouvait le savoir du temps de la Révélation, le Coran en fit état. C’est parce que le Coran est la parole de Dieu, le Créateur et le Maître de l’Univers tout entier.

3. LA SÉPARATION DES CIEUX ET DE LA TERRE

Dans un autre verset qui se rapporte aux cieux, nous pouvons lire:

Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l’eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas? (Sourate al-Anbiyâ’, 30)

Le terme arabe ratq, qui est traduit dans ce verset par “former une masse compacte”, signifie selon les dictionnaires arabes “toutes choses proches, solides, invulnérables, et unies dans une masse solide”. Il est donc utilisé dans une situation où deux morceaux différents forment une même entité. Le verbe “séparer” est traduit dans ce verset par le verbe arabe fataqa qui signifie fendre un objet en état de ratq.
On l’utilise pour qualifier, par exemple, la germination d’une graine et l’apparition de ses bourgeons sont exprimées par ce verbe. Considérons maintenant de nouveau ce verset qui se réfère à un temps où les cieux et la terre étaient d’abord en état de ratq, puis divisés en deux dans le sens du verbe fataqa. Autrement dit, l’un d’entre eux s’est séparé et a poursuivi son chemin. Lorsque nous observons, en effet, les premières phases du Big Bang, nous constatons que la tache appelée “œuf cosmique” contenait toute la matière présente dans l’Univers. Tout ce qui n’était pas encore créé, même les cieux et la terre, était contenu dans cette tache en état de ratq. Par la suite, cet “œuf cosmique” a explosé et toute la matière qu’il contenait est devenue fataqa.
Si nous comparons les expressions de ce verset avec les résultats scientifiques, nous constatons qu’elles s’accordent parfaitement les unes avec les autres. N’oublions pas que ces résultats n’ont été découverts qu’au 20ème siècle.

4. LES ORBITES

Les versets du Coran évoquant le Soleil et la Lune soulignent que chacun se déplace dans une certaine orbite.

C’est Lui qui a créé la nuit et le jour, le Soleil et la Lune, – chacun vogue dans une orbite. (Sourate al-Anbiyâ’, 33)

Un autre verset mentionne également que le Soleil n’est pas statique mais se déplace dans une certaine orbite:

Et le Soleil court vers un lieu de séjour qui lui est propre: telle est la détermination du Tout-Puissant, de l’Omniscient. (Sourate Yâ-Sîn, 38)

Ces faits, rapportés par le Coran, ont été découverts à notre époque par l’observation astronomique. Selon les calculs des experts en astronomie, le Soleil voyage à la vitesse extraordinaire de 720.000 kilomètres à l’heure en direction de l’étoile Véga, dans une orbite particulière appelée l’apex solaire. Cela signifie que le Soleil parcourt environ 17.280.000 kilomètres par jour. Les planètes et les satellites de son système gravitationnel parcourent aussi la même distance. De plus, toutes les étoiles de l’Univers effectuent le même genre de déplacement organisé.

On retrouve dans le Coran que l’Univers tout entier est traversé de chemins et d’orbites:
Par le ciel aux voies parfaitement tracées! (Sourate adh-Dhâriyât, 7)

Il existe dans l’Univers environ 200 milliards de galaxies, dont chacune comporte près de 200 milliards d’étoiles. La plupart de ces étoiles ont des planètes et la plupart de ces planètes ont des satellites. Tous ces corps célestes se déplacent dans des orbites calculées avec la plus grande précision. Depuis des millions d’années, chacun d’eux “vogue”, comme de nombreuses comètes, dans sa propre orbite, en parfaite harmonie avec tous les autres.
Dans l’Univers, les orbites n’appartiennent pas uniquement aux corps célestes. Les galaxies voyagent également à des vitesses immenses dans des orbites calculées et planifiées. Au cours de ces mouvements, aucun corps céleste ne croise le chemin d’un autre, ou n’entre en collision avec un autre. On a même observé que certaines galaxies se traversent mutuellement sans jamais que leurs composants ne se touchent.
À l’époque où le Coran a été révélé, l’humanité ne possédait évidemment pas de télescopes ni des techniques d’observation de pointe que nous avons aujourd’hui, techniques qui permettent d’observer l’Espace sur des millions de kilomètres. Elle n’avait pas non plus la connaissance moderne de la physique ou de l’astronomie. C’est pourquoi, à l’époque, il était impossible de déterminer scientifiquement que l’Espace est plein de “voies parfaitement tracées” comme l’affirme le verset. Cependant, le Coran en fait explicitement mention, car il est la parole de Dieu.

5. LA RONDEUR DE LA TERRE

Il a créé les cieux et la terre en toute vérité. Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit… (Sourate az-Zumar, 5)

Dans le Coran, les mots utilisés pour décrire l’Univers sont tout à fait remarquables. Le verbe en arabe qui est traduit par “enrouler” est takwir. En français, ce verbe signifie “faire qu’une chose s’enroule autour d’une autre, puis la plier comme un vêtement rangé”. Soulignons que dans les dictionnaires arabes ce mot est utilisé pour définir une action d’enrouler une chose autour d’une autre, à la manière dont on se coiffe d’un turban.

Le verset ci-dessus inclut des informations précises sur la forme du monde, et plus précisément sur la rondeur de la Terre.
L’astronomie contemporaine au Coran, décrivait pourtant la Terre différemment. À cette époque, on pensait que le monde était plat. Par conséquent, tous les calculs et toutes les explications scientifiques étaient basés sur cette croyance. Mais le Coran, parole de Dieu, qui contient de toute évidence les mots les plus adaptés pour décrire l’Univers a corrigé ces erreurs.

6. LA VOÛTE PROTÉGÉE

Dans le Coran, Dieu attire notre attention sur un attribut très intéressant du ciel:

Nous avons fait du ciel une voûte protégée, et pourtant ils se détournent de Nos signes. (Sourate al-Anbiyâ’, 32)

Cet attribut du ciel a été prouvé par la recherche scientifique effectuée au 20ème siècle. L’atmosphère entourant la Terre tient une place fondamentale pour la continuité de la vie: détruisant de nombreux météores, grands et petits, lorsqu’ils approchent de la Terre, elle nous protège de grands maux. De plus, l’atmosphère filtre les rayons lumineux provenant de l’Espace qui sont nuisibles pour les êtres vivants. Il est intéressant de noter qu’elle ne laisse passer que les rayons inoffensifs et utiles – la lumière visible, l’ultraviolet proche et les ondes radio. Tout ce rayonnement est essentiel pour la vie. Les rayons ultraviolets proches, que l’atmosphère ne laisse que partiellement passer, sont très importants pour la photosynthèse des plantes et pour la survie de tous les êtres vivants. La majeure partie des rayons ultraviolets intenses émis par le Soleil sont filtrés par la couche d’ozone de l’atmosphère, et seule une partie restreinte -et essentielle- du spectre ultraviolet parvient jusqu’à la Terre.

La fonction protectrice de l’atmosphère ne s’arrête pas là. Elle protège aussi la Terre du froid glacial de l’Espace, dont la température est d’environ -270°. Outre l’atmosphère, la ceinture de Van Allen, une couche issue du champ magnétique terrestre, sert également de bouclier contre le rayonnement nuisible qui menace notre planète. Ce rayonnement, qui est constamment émis par le Soleil et les autres étoiles, est mortel pour les êtres vivants. Si la ceinture de Van Allen n’existait pas, les énormes éruptions d’énergie que connaît fréquemment le Soleil détruiraient toute vie sur Terre.

Dr. Hugh Ross explique l’importance des ceintures de Van Allen pour notre survie:
“La Terre est la plus dense des planètes du système solaire. Ce grand noyau composé de nickel et de fer exerce un grand champ magnétique. Ce champ magnétique forme la couche protectrice de radiation de Van Allen. Cette couche protège la Terre contre des bombardements de radiation. Sans cette couche, il n’y aurait pas de vie sur Terre. La seule autre planète qui a un champ magnétique et qui est formé de zones rocheuses est Mercure. Mais la force de ce champ magnétique est 100 fois moins importante que celle de la Terre. La couche protectrice de radiation de Van Allen est particulière à la Terre.” 1
On a calculé que l’énergie transmise dans une seule de ces éruptions équivalait à 100 milliards de bombes atomiques équivalentes à celle de Hiroshima. Cinquante-huit heures après l’éruption, on a observé que les aiguilles magnétiques des boussoles effectuaient des mouvements inhabituels et à 250 kilomètres au-dessus de l’atmosphère terrestre, la température s’est brusquement élevée à 2.500°.
Bref, c’est un système parfait qui fonctionne au-dessus de la Terre. Il entoure notre monde et le protège des menaces extérieures. Les scientifiques ne l’ont appris que récemment, pourtant, il y a bien des siècles, le Coran nous informait déjà que l’atmosphère du monde fonctionne comme un bouclier protecteur.

7. LE CIEL QUI RETOURNE

Le 11ème verset de la sourate at-Târiq, dans le Coran, fait référence à la fonction de “retour” cyclique du ciel.

Par le ciel doté de retour. (Sourate at-Târiq, 11)

Le mot traduit par retour dans le verset exprime aussi la notion de renvoi.
Comme on le sait, l’atmosphère qui entoure la Terre est constituée de nombreuses couches. Chacune de ces couches joue un rôle important au profit de la vie. La recherche a révélé qu’elles ont pour fonction de renvoyer les matériaux ou les rayons auxquels elles sont exposées dans l’Espace ou vers la Terre. Examinons maintenant quelques exemples de cette fonction de “recyclage” des couches qui entourent la Terre.
La troposphère, qui atteint 13 à 15 kilomètres au-dessus de la Terre, permet à la vapeur d’eau s’élevant de la surface de se condenser et de retourner vers la Terre sous forme de pluie.
La couche d’ozone, à une altitude de 25 kilomètres, reflète le rayonnement nuisible et la lumière ultraviolette venant de l’Espace, et les renvoie dans l’Espace.
L’ionosphère reflète les ondes radio émises de la Terre, et les renvoie vers différentes parties du monde, tout comme un satellite de communication passif: c’est ce qui permet la communication sans fil et l’émission radiophonique et télévisée sur de longues distances.
La magnétosphère renvoie les particules radioactives nuisibles émises par le Soleil et les autres étoiles dans l’Espace avant qu’elles atteignent la Terre.
L’affirmation par le Coran de cette propriété des couches du ciel, que la science n’a pu découvrir que récemment, prouve une fois encore que le Coran est la parole de Dieu.

8. LES COUCHES DE L’ATMOSPHÈRE

Le Coran révèle que le ciel est composé de sept couches.

C’est Lui qui a créé pour vous tout ce qui est sur la Terre; puis Il tourna Sa volonté vers le ciel et l’agença en sept cieux. Il connaît parfaitement toute chose. (Sourate al-Baqarah, 29) Puis Il tourna Sa volonté vers le ciel qui était alors fumée… (Sourate Fussilat, 11) En deux jours, Il les détermina en sept cieux et révéla à chaque ciel sa fonction. (Sourate Fussilat, 12)

Le mot “cieux”, présent dans de nombreux versets du Coran, est employé pour désigner le ciel ainsi que l’Univers tout entier. On comprend alors que le ciel, ou l’atmosphère, est constitué de sept couches.
On sait, en effet, aujourd’hui que l’atmosphère terrestre est constituée de différentes couches superposées. De plus, ces couches sont précisément au nombre de sept, comme le décrit le Coran. Dans une source scientifique, ce sujet est expliqué en ces termes:
“Les scientifiques ont découvert que l’atmosphère est constituée de sept couches. Ces couches diffèrent par des propriétés physiques telles que la pression et le type de gaz. La couche de l’atmosphère la plus proche de la Terre est appelée la TROPOSPHÈRE. Elle contient environ 90% de la masse totale de l’atmosphère. La couche au-dessus de la troposphère s’appelle la STRATOSPHÈRE. La COUCHE D’OZONE est la partie de la stratosphère où a lieu l’absorption des rayons ultraviolets. La couche au-dessus de la stratosphère est appelée la MÉSOSPHÈRE. La THERMOSPHÈRE est située au-dessus de la mésosphère. Les gaz ionisés forment à l’intérieur de la thermosphère une couche appelée l’IONOSPHÈRE. La partie extérieure de l’atmosphère terrestre s’étend environ de 480 km à 960 km. Cette partie s’appelle l’EXOSPHÈRE.” 2

Si nous comptons les couches citées dans cette source, nous voyons que l’atmosphère est constituée d’exactement sept couches, tout comme le dit le verset.
1. Troposphère
2. Stratosphère
3. Ozonosphère
4. Mésosphère
5. Thermosphère
6. Ionosphère
7. Exosphère

Un autre miracle important sur ce sujet est mentionné dans l’expression “(Il) révéla à chaque ciel sa fonction” dans le 12ème verset de la sourate Fusillât. Autrement dit, Dieu déclare dans ce verset qu’Il a assigné à chaque ciel son propre devoir. Comme on l’a vu dans les chapitres précédents, chacune de ces couches a, en effet, des devoirs essentiels pour assurer le bien de l’humanité et de tous les êtres vivants sur la Terre. Chaque couche possède une fonction particulière, s’étendant de la formation de la pluie à la prévention des rayons nocifs, du reflet des ondes radio à la préservation contre l’effet nuisible des météores.
L’une de ces fonctions, par exemple, est mentionnée dans une source scientifique comme suit:
“L’atmosphère de la Terre a sept couches. La couche la plus basse est appelée troposphère. La pluie, la neige et le vent n’ont lieu que dans la troposphère.” 3
C’est un grand miracle que ces vérités, qui n’auraient absolument pas pu être découverts sans la technologie du 20ème siècle, aient été explicitement énoncées dans le Coran voici 1400 ans.

9. LA FONCTION DES MONTAGNES

Le Coran attire l’attention sur une caractéristique géologique capitale des montagnes:

Et Nous avons placé dans la Terre des montagnes fermes, afin qu’elle ne s’ébranle pas avec eux. (Sourate al-Anbiyâ’, 31)

Nous voyons que ce verset affirme que les montagnes ont pour fonction d’empêcher les chocs sur la Terre.
On l’ignorait à l’époque où le Coran a été révélé. On s’en est aperçu tout récemment, à la suite des découvertes de la géologie moderne.
Selon ces découvertes, les montagnes apparaissent à la suite des mouvements et des collisions d’immenses plaques qui forment l’écorce terrestre. Quand deux plaques entrent en collision, la plus solide glisse sous l’autre, celle du dessus se plisse et forme des hauteurs et des montagnes. La couche inférieure continue sous le sol et s’étend profondément vers le bas.
Cela signifie que les montagnes comportent une partie s’étendant sous la terre, aussi importante que leur portion visible sur la terre:
“Là où les continents sont les plus épais, comme dans les CHAINES MONTAGNEUSES, l’écorce s’enfonce plus profondément dans le manteau.” 4

Dans un verset, ce rôle des montagnes est indiqué au moyen d’une comparaison à des “piquets”:

N’avons-nous pas placé la terre comme un lit, et les montagnes comme des piquets? (Sourate an-Nabâ’, 6-7)

Autrement dit, les montagnes fixent l’écorce terrestre en s’étendant au-dessus et au-dessous de la surface de la Terre aux points de jonction de ces plaques. De cette façon, elles maintiennent l’écorce terrestre et l’empêchent de dériver sur la couche de magma ou parmi ses plaques.

En résumé, on peut comparer les montagnes à des clous qui maintiennent ensemble des morceaux de bois.
Cette fonction fixatrice des montagnes est désignée dans la littérature scientifique par le terme d’isostasie. Que signifie isostasie?
On appelle isostasie l’équilibre général de l’écorce terrestre maintenu par un magma visqueux de matériaux rocheux sous la surface, sous la pression de la gravité.5
Ce rôle essentiel des montagnes découvert par la géologie et la recherche sismique modernes a été révélé dans le Coran voilà des siècles, comme un exemple de la sagesse infinie de la création divine.

Et Nous avons placé dans la terre des montagnes fermes, afin qu’elle ne s’ébranle pas avec eux. (Sourate al-Anbiyâ’, 31)

10. LES MOUVEMENTS DES MONTAGNES

Dans un verset, nous apprenons que les montagnes ne sont pas immobiles comme elles semblent l’être, mais sont constamment en mouvement.

Et tu verras les montagnes, que tu croyais figées, passer comme des nuages. Telle est l’œuvre de Dieu qui a réalisé toute chose à la perfection. Il est parfaitement informé de ce que vous faites. (Sourate an-Naml, 88)

Ce déplacement des montagnes est causé par le mouvement de l’écorce terrestre sur laquelle elles sont situées. L’écorce terrestre flotte en quelque sorte sur le manteau, qui est plus dense.
C’est au début du 20ème siècle que, pour la première fois, un savant allemand du nom d’Alfred Wegener a avancé l’hypothèse que les continents formaient initialement un seul bloc, puis dérivèrent en différentes directions et se séparèrent ainsi en s’écartant les uns des autres. Ce n’est que dans les années 1980, 50 ans après la mort de Wegener, que les géologues ont compris qu’il avait raison. Comme Wegener l’a indiqué dans un article rédigé en 1915, les continents s’étaient joints il y a 500 millions d’années: la large masse résultante, appelée Pangaea, était située au Pôle du Sud.
Pangaea s’est divisé en deux il y a approximativement 180 millions d’années. Chaque morceau fut entraîné en des directions différentes. L’un, Gondwana, inclut l’Afrique, l’Australie, l’Antarctique et l’Inde; l’autre, Laurasia, l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie, sauf l’Inde. Pendant les 150 millions d’années qui suivirent cette séparation, Gondwana et Laurasia se sont divisés en de plus petites parties.
Ces continents qui ont émergé suite à la division de Pangaea se sont constamment déplacés sur la surface de la Terre de quelques centimètres par année, changeant cependant les ratios de la mer et des continents.
Découvert grâce aux recherches géologiques effectuées au début du 20ème siècle, ce mouvement de l’écorce terrestre est expliqué par les scientifiques comme suit:
“L’écorce et la partie supérieure du manteau, sur une épaisseur d’environ 100 km, sont divisés en segments appelés plaques. Il y a six plaques principales, et plusieurs petites. Selon la théorie nommée tectonique des plaques, ces plaques se déplacent sur la Terre, transportant avec elles les continents et les fonds océaniques. On a mesuré la dérive des continents d’un à 5 cm par an. La poursuite du déplacement des plaques produira une lente modification de la géographie de la Terre. Chaque année, par exemple, l’Océan Atlantique s’élargit légèrement.” 6
Un point important doit être souligné: dans le verset, Dieu décrit le mouvement des montagnes comme une dérive. Aujourd’hui, la science moderne utilise l’expression “dérive des continents” pour décrire ce mouvement.7
C’est sans aucun doute un des miracles coraniques, que ce fait scientifique, qui a été récemment découvert par la science, ait été annoncé dans le Coran.

11. LE MYSTÈRE DU FER

Le fer est un des éléments évoqués dans le Coran. Dans la sourate al-Hadît, c’est-à-dire “le fer”, nous apprenons ce qui suit:
Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel se trouvent une force redoutable et des avantages pour les hommes… (Sourate al-hadît, 25)

On pourrait comprendre l’emploi du mot “fait descendre” à propos du fer, dans un sens métaphorique: le fer a été mis au service des hommes. Mais si nous prenons en compte le sens littéral du mot, celui de “faire descendre physiquement du ciel”, nous nous apercevons que ce verset implique un miracle scientifique très significatif.
Les découvertes astronomiques modernes ont en effet révélé que le fer qui se trouve sur Terre provient des étoiles géantes des confins de l’Espace.
Les métaux lourds de l’Univers sont produits par le noyau des grandes étoiles. Notre système solaire, lui, n’a pas la structure nécessaire pour produire le fer à lui tout seul. Ce métal ne peut être produit que dans des étoiles beaucoup plus grandes que le Soleil, où la température atteint plusieurs centaines de millions de degrés. Quand la quantité de fer dans une étoile dépasse un certain niveau, l’étoile ne peut plus le supporter et finit par exploser en ce qu’on appelle une “nova” ou une “supernova”. À la suite de cette explosion, des météores contenant du fer sont éparpillés dans l’Univers et se déplacent dans le vide, jusqu’à ce qu’ils soient attirés par la force gravitationnelle d’un corps céleste.
Tout cela montre que le métal ferreux ne s’est pas formé sur la Terre mais a été transporté dans l’Espace par des météores depuis des étoiles en explosion, et est ainsi “descendu sur la Terre” exactement comme l’affirme le verset. Il est clair que cela n’aurait pas pu être connu scientifiquement au 7ème siècle, à l’époque de la révélation du Coran.

12. LES PAIRES DANS LA CRÉATION

Louange à Celui qui a créé tous les couples de ce que la terre fait pousser, d’eux-mêmes, et de ce qu’ils ne savent pas. (Sourate Yâ-Sîn, 36)

Bien que le concept de “paire” ou de “couple” désigne généralement le mâle et la femelle, l’expression “de ce qu’ils ne savent pas” a des implications plus larges. Aujourd’hui, nous connaissons l’une de ces implications. Le scientifique britannique Paul Dirac, qui a montré que la matière était créée en paire, fut lauréat du prix Nobel en physique en 1933. Cette découverte, appelée “parité”, maintient que la matière est appareillée avec son opposé, l’antimatière. L’antimatière porte les propriétés opposées de la matière.
Par exemple, contrairement à la matière, l’électron de l’antimatière est chargé positivement et ses protons sont chargés négativement:
“…chaque particule a son antiparticule de charge opposée… et la relation d’incertitude nous indique que la création de pair et l’annihilation de pair se produisent dans le vide à tout moment, dans tous les endroits.” 8

13. LA RELATIVITÉ DU TEMPS

La relativité du temps est, aujourd’hui, une réalité scientifique, prouvée au début du 20ème siècle par la théorie de la relativité d’Einstein. Jusque-là, nul n’avait jamais pensé que le temps pouvait être relatif et changer selon l’environnement. Le grand scientifique Albert Einstein a montré, pourtant, que le temps est contingent en vitesse et en masse. Personne n’avait exprimé cela aussi clairement dans l’histoire de l’humanité. À une exception près cependant: le Coran. Il a en effet rapporté des informations sur la relativité du temps, notamment dans les trois versets suivants:

Et ils te demandent de hâter (l’arrivée) du châtiment. Jamais Dieu ne manquera à Sa promesse. Cependant, un jour auprès de ton Seigneur, équivaut à mille ans de ce que vous comptez. (Sourate al-Hajj, 47)

Du ciel, Il administre toute affaire sur terre et le fait ensuite monter vers Lui en un jour équivalant à mille ans de votre calcul. (Sourate as-Sajda, 5)

Les anges ainsi que l’Esprit montent vers Lui en un jour dont la durée est de cinquante mille ans. (Sourate al-Maarij, 4)

Dans certains versets, il est rapporté que les gens perçoivent le temps différemment et que certains peuvent saisir une période très courte comme très longue. La conversation suivante des gens tenue durant leur jugement dans l’Au-delà illustre bien cela:
Il dira: “Combien d’années êtes-vous restés sur terre?” Ils diront: “Nous y avons demeuré un jour, ou une partie d’un jour. Interroge donc ceux qui comptent.” Il dira: “Vous n’y avez demeuré que peu (de temps), si seulement vous saviez.” (Sourate al- Mou’minoûn, 112-114)

Cette référence du Coran à la relativité du temps a été révélée en 610. Elle constitue une autre preuve qu’il s’agit de toute évidence d’un livre divin.
Le temps est un concept qui dépend totalement de celui qui le perçoit. Alors qu’un certain laps de temps paraît très long à une personne, il peut paraître court à une autre. Afin de comprendre lequel est juste, nous avons besoin de sources telles que des horloges et des calendriers. Sans cela, il est impossible de porter des jugements corrects sur le temps.

14. LA PROPORTION DE PLUIE

Selon le Coran, la pluie est envoyée sur Terre selon une juste proportion. Voici ce qui en est dit dans la sourate az-Zoukhrouf:

C’est Lui qui fait descendre du ciel, avec mesure, de l’eau grâce à laquelle Nous ranimons une cité morte: ainsi serez-vous ressuscités. (Sourate az-Zoukhrouf, 11)

Cette mesure de la pluie a elle aussi été découverte par la recherche moderne. On estime qu’à chaque seconde, environ 16 millions de tonnes d’eau s’évaporent de la Terre. Ce chiffre s’élève à 513 trillions de tonnes d’eau en une année. Ce dernier chiffre est égal à la quantité d’eau qui tombe sur la Terre en une année. Cela signifie que l’eau circule continuellement en un cycle équilibré, selon une “mesure”. La vie sur Terre dépend de ce cycle de l’eau. Même si les hommes employaient toute la technologie en leur possession, ils seraient incapables de produire ce cycle artificiellement. Même une déviation mineure de cette quantité causerait très rapidement un déséquilibre écologique majeur qui conduirait à la fin de toute vie sur Terre. Pourtant, cela ne se produit jamais. Mieux, chaque année c’est exactement la même quantité de pluie qui tombe sur Terre, tel que le révèle le Coran.

15. LA FORMATION DE PLUIE

Pendant longtemps, la formation de la pluie constituait un grand mystère pour les hommes. Ce n’est seulement qu’après l’invention de radars météorologiques qu’il a été possible de comprendre son mécanisme. On compte trois étapes: d’abord, “la matière première” de la pluie monte vers le ciel; puis, des nuages se forment; enfin les gouttes de pluie apparaissent. Ces étapes sont clairement définies dans le Coran depuis des siècles:

Dieu, c’est Lui qui envoie les vents qui soulèvent des nuages, puis Il les étend dans le ciel comme Il veut; et Il les met en morceaux. Tu vois alors la pluie sortir de leurs profondeurs. Puis, lorsqu’Il atteint avec elle qui Il veut parmi Ses serviteurs, les voilà qui se réjouissent. (Sourate ar-Rum, 48)

Jetons maintenant un coup d’œil aux trois étapes mentionnées dans ce verset:

Première étape: “Dieu, c’est Lui qui envoie les vents…”
Les innombrables bulles d’air formées par l’écume des océans éclatent et causent l’éjection de particules d’eau vers le ciel. Ces particules, qui sont riches en sel, sont alors emportées par les vents et se déplacent en direction de l’atmosphère. Ces particules, qu’on nomme aérosols, forment alors des nuages sous forme de gouttelettes infimes en rassemblant autour d’elles-mêmes toute la vapeur d’eau émanant des mers, par un mécanisme appelé “piège à eau”.

Deuxième étape: “… qui soulèvent des nuages; puis Il les étend dans le ciel comme Il veut; et Il les met en morceaux.” Les nuages sont donc formés à partir de vapeur d’eau qui se condense autour de ces cristaux de sel ou autour des particules de poussière qui se trouvent dans le ciel. Puisque les gouttes d’eau qui se trouvent à l’intérieur de ces derniers sont très petites (elles ont un diamètre compris entre 0,01 et 0,02 millimètres), les nuages sont suspendus dans l’air et s’étendent dans le ciel. C’est ainsi que le ciel est couvert de nuages.

Troisième étape: “Tu vois alors la pluie sortir de leurs profondeurs.”

Dans cette étape, les particules d’eau qui entourent les cristaux de sel et les particules de poussière prennent petit à petit du volume. C’est ainsi que les gouttes se forment et, alors plus lourdes que l’air, se détachent des nuages et commencent à tomber sur Terre sous forme de pluie.

Chaque étape de la formation de la pluie est annoncée dans les versets du Coran. En outre, ces étapes sont expliquées dans l’ordre où elles ont réellement lieu… Comme beaucoup d’autres phénomènes naturels, c’est encore le Coran qui en fournit la description la plus judicieuse sans compter le fait qu’elle a été faite il y a des siècles, en des temps où il n’y avait pas la moindre avancée de la science humaine.

Dans un autre verset, on trouve d’autres indications sur la formation de la pluie:

N’as-tu pas vu qu’Allah pousse les nuages? Ensuite Il les réunit et Il en fait un amas, et tu vois la pluie sortir de son sein. Et Il fait descendre du ciel, de la grêle (provenant) des nuages (comparables) à des montagnes. Il en frappe qui Il veut et l’écarte de qui Il veut. Peu s’en faut que l’éclat de son éclair ne ravisse la vue. (Sourate an-Nur, 43)

Les scientifiques qui étudient les types de nuages ont découvert des résultats étonnants à propos de la formation des nuages de pluie. Ceux-ci sont formés selon des systèmes et des étapes bien définis. Les étapes de la formation des cumulo-nimbus, type de nuage porteur de pluie, sont les suivantes:
Première étape: ils sont poussés. Les nuages sont entraînés, c’est-à-dire poussés par le vent.
Deuxième étape: ils sont réunis. Ensuite, les petits nuages (les cumulus) entraînés par le vent se réunissent, pour former un plus grand nuage.9
Troisième étape: ils forment un amas. Quand les petits nuages se réunissent, les courants dans le grand nuage augmentent. Les courants près du centre sont plus forts que ceux près des bords. Ces courants accroissent le corps du nuage verticalement; ainsi le nuage forme un amas. Cet agrandissement vertical pousse le nuage à s’étendre vers des régions plus froides de l’atmosphère, où des gouttes d’eau et de grêle se forment et deviennent de plus en plus importantes. Quand ces gouttes d’eau et de grêle deviennent trop lourdes pour être soutenues par les courants, elles commencent à tomber des nuages sous forme de pluie, grêle etc.10
Nous devons nous rappeler que les météorologues viennent de connaître ces détails sur la formation, la structure et la fonction des nuages tout récemment, en utilisant des équipements développés tels des avions, des satellites, des ordinateurs, etc. Il est évident que Dieu a donné une information qui ne pouvait être connue il y a 1400 années.

16. LES VENTS FÉCONDANTS

Un verset du Coran mentionne la fonction fécondatrice des vents et la formation de la pluie qui en résulte.

Et Nous envoyons les vents fécondants, puis Nous faisons descendre du ciel une eau dont Nous vous abreuvons… (Sourate al-Hijr, 22)

Ce verset souligne que le premier stade de la formation de la pluie est le vent. Jusqu’au début du 20ème siècle, la seule relation que l’on connaissait entre le vent et la pluie était que le vent apportait les nuages. Mais les découvertes de la météorologie moderne ont démontré le rôle “fécondateur” des vents dans la formation de la pluie.

Cette fonction fécondatrice du vent agit de la manière suivante:
À la surface des océans et des mers, d’innombrables bulles d’air sont formées par l’écume. Au moment où ces bulles éclatent, des milliers de minuscules particules, d’un centième de millimètre de diamètre, sont projetées dans l’air. Ces particules, qu’on appelle “aérosols”, se mélangent à la poussière apportée de la terre par les vents, et sont transportées jusqu’aux couches supérieures de l’atmosphère. Ces particules transportées en haute altitude par les vents entrent là en contact avec la vapeur d’eau, qui se condense alors autour de ces particules et se transforme en gouttelettes d’eau. Ces gouttelettes d’eau s’assemblent d’abord pour former des nuages, puis tombent sur la Terre sous forme de pluie.
Comme on l’a vu, les vents “fécondent” la vapeur d’eau flottant dans l’air avec les particules qu’ils transportent de la mer, ce qui permet ensuite la formation des nuages de pluie.
Si les vents ne possédaient pas cette propriété, les gouttelettes d’eau ne se formeraient jamais dans la haute atmosphère et la pluie n’existerait pas.
Le point le plus important à retenir ici, c’est que ce rôle crucial des vents dans la formation de la pluie a été affirmé il y a des siècles dans le Coran, à une époque où les gens ne savaient que très peu de choses des phénomènes naturels…

17. LES MERS QUI NE SE MÉLANGENT PAS

Une propriété des mers découverte tout récemment est exprimée dans un verset coranique comme suit:

Il a donné libre cours aux deux mers pour se rencontrer; il y a entre elles une barrière qu’elles ne dépassent pas. (Sourate ar-Rahmân, 19-20)

Cette propriété des mers, qui convergent sans pourtant se mélanger, n’a été découverte que très récemment par les océanographes. En raison d’une force physique appelée “la tension superficielle”, les eaux des mers voisines ne se mélangent pas. Du fait d’une différence de densité, la tension superficielle empêche les mers de se mélanger les unes aux autres, exactement comme si un mur très fin les séparait.11 Ce qui est remarquable, c’est qu’à une époque où les gens ne connaissaient rien à la physique, à la tension superficielle ou à l’océanographie, ceci ait été révélé dans le Coran.

18. L’OBSCURITÉ DANS LES MERS ET LES VAGUES INTERNES

(Les actions des mécréants) sont encore semblables à des ténèbres sur une mer profonde: des vagues la recouvrent, (vagues) au-dessus desquelles s’élèvent (d’autres) vagues, sur lesquelles il y a (d’épais) nuages. Ténèbres (entassées) les unes au-dessus des autres. Quand quelqu’un étend la main, il ne la distingue presque pas. Celui qu’Allah prive de lumière n’a aucune lumière. (Sourate an-Nur, 40)

L’environnement général dans les mers profondes est décrit dans le livre Oceans comme suit:
“L’obscurité dans les mers profondes et les océans commence à peu près à 200 mètres et moins. À cette profondeur, il n’y a presque pas de lumière. Au-dessous de 1.000 mètres, il n’y a aucune lumière.” 12
Aujourd’hui, on connaît la structure générale des mers, les caractéristiques des êtres qui y vivent, leurs salinités, la quantité d’eau qu’elles contiennent, leurs superficies et leurs profondeurs. Les sous-marins et les équipements spéciaux, développés grâce à la technologie moderne, permettent aux scientifiques d’obtenir ces informations.
Les hommes ne sont pas capables de plonger dans plus de 40 mètres sans l’aide des équipements spéciaux. Ils ne peuvent pas survivre sans assistance dans les parties profondes des océans, telles à une profondeur de 200 mètres. Pour ces raisons, les scientifiques n’ont découvert que tout récemment ces informations détaillées sur les mers. Cependant, l’expression “des ténèbres sur une mer profonde” a été utilisée dans la sourate an-Nur 14 siècles auparavant. C’est sans doute l’un des miracles coraniques qu’une telle information soit fournie par le Coran à une époque où aucun équipement n’était disponible pour permettre à l’homme de plonger dans les profondeurs des océans.
En plus, l’expression dans le 40ème verset de la sourate an-Nur, “semblables à des ténèbres sur une mer profonde: des vagues la recouvrent, (vagues) au-dessus desquelles s’élèvent (d’autres) vagues, sur lesquelles il y a (d’épais) nuages…” attire notre attention sur un autre miracle du Coran.
“Les scientifiques ont découvert récemment qu’il y a des vagues internes qui ‘se forment sur la interfaces de densité entre les niveaux de différentes densités’. Ces vagues internes couvrent les eaux profondes des mers et des océans car l’eau profonde a une densité supérieure à celle de l’eau qui se trouve au-dessus d’elle. Les vagues internes agissent telles des vagues de surface. Elles peuvent rompre, tout comme les vagues de surface. Les vagues internes ne peuvent être vues par l’œil humain, mais elles peuvent être détectées en étudiant les changements de température ou de salinité à un lieu.” 13
Les expressions dans le Coran sont tout à fait parallèles à l’explication ci-dessus. Sans les recherches, on peut seulement voir les vagues sur la surface de la mer. Il est impossible de connaître les vagues internes sous-marines. Cependant, dans la sourate an-Nur, Dieu attire notre attention sur un autre type de vague qui se forme dans les profondeurs des océans. Sans doute, ce fait que les scientifiques ont tout nouvellement découvert, montre encore une fois que le Coran est la parole divine.

19. LA RÉGION QUI CONTRÔLE NOS MOUVEMENTS

Car s’il n’y met pas fin, Nous le saisirons brutalement par le toupet du front, un toupet de mensonge et d’erreur. (Sourate al-Alaq, 15-16)

L’expression “un toupet de mensonge et d’erreur” dans le verset ci-dessus est très intéressante. Les recherches menées ces dernières années ont révélé que la zone préfrontale, responsable de la direction des fonctions particulières du cerveau, se trouve dans la partie frontale du crâne. Les scientifiques ont découvert les fonctions de cette zone, que le Coran a mentionnée il y a 1400 années, dans les soixante dernières années. Voici ce que l’on peut lire dans un ouvrage intitulé Essentials of Anatomy and Physiology, portant sur les résultats des dernières recherches sur les fonctions de cette zone:
“La motivation et la prévoyance pour projeter et initier les mouvements ont lieu dans la partie antérieure des lobes frontales, la zone préfrontale. C’est une région associée au cortex…” 14
On lit aussi:
“En relation à son implication dans la motivation, on pense que la zone préfrontale est le centre fonctionnel pour l’agression…” 15
Cette zone du cerveau est donc responsable de la projection, la motivation et l’initiation de bons et mauvais comportements, ainsi que de ce qui relève de la vérité ou du mensonge.
Il est clair que l’expression “le toupet de mensonge et d’erreur” correspond tout à fait aux explications susmentionnées. Ce fait découvert par les scientifiques il y a peu, figure dans le Coran depuis des siècles.

20. LA NAISSANCE DE L’HOMME

Divers thèmes sont abordés dans le Coran pour inviter les gens à croire. Parfois ce sont les cieux, parfois les animaux et parfois les plantes qui sont mis en évidence pour confirmer à l’homme l’existence de Dieu. Plusieurs versets invitent l’être humain à réfléchir sur sa propre création. Ces versets rappellent à l’homme comment il est venu au monde, quelles étapes il a traversées et quelle est son essence:

C’est Nous qui vous avons créés. Pourquoi ne croiriez-vous donc pas (à la résurrection)? Voyez-vous donc ce que vous éjaculez (le sperme): est-ce vous qui le créez ou (en) sommes-Nous le Créateur? (Sourate al-Waqi’a, 57-59)

La création de l’homme et son aspect miraculeux sont également soulignés en de nombreux autres versets. Quelques-unes de ces données sont si détaillées qu’il apparaît totalement impossible qu’une personne vivant au 7ème siècle ait pu les connaître. Étudions certaines d’entre elles:
1. L’homme n’est pas créé à partir de la semence complète, mais seulement à partir d’une partie infime de celle-ci (spermatozoïdes).
2. Le mâle détermine le sexe du bébé.
3. L’embryon humain s’accroche à l’utérus de la mère comme une sangsue.
4. L’humain se développe dans trois régions obscures de l’utérus.
Les gens vivant à l’époque où le Coran a été révélé savaient que la substance élémentaire de la naissance était liée à la semence que le mâle émettait lors d’une relation sexuelle. Et la naissance d’un bébé après une période de grossesse de neuf mois était évidemment un évènement observable ne nécessitant guère d’autres recherches. Cependant, il est clair que les données avancées ci-dessus dépassaient le niveau de connaissances que les hommes détenaient à cette époque. Celles-ci n’ont d’ailleurs pu être vérifiées que grâce au développement de la science au 20ème siècle.

EXAMINONS-LES MAINTENANT UNE A UNE.

UNE GOUTTE DE SEMENCE
Lors d’une relation sexuelle, 250 millions de spermatozoïdes sont émis en même temps par le mâle. Les spermatozoïdes entreprennent alors un voyage ardu de cinq minutes au sein du corps de la femme jusqu’à ce qu’ils atteignent l’ovule. Seulement mille de ces 250 millions de spermatozoïdes réussiront à l’atteindre. L’ovule, qui a la moitié de la taille d’un grain de sel, ne se laisse pénétrer que par un seul de ces spermatozoïdes. En d’autres termes, l’essence de l’homme n’est pas le résultat d’une semence complète mais seulement d’une petite partie de celle-ci. Ceci est expliqué dans le Coran:

L’homme pense-t-il qu’on le laissera sans obligation à observer (et qu’il ne sera pas puni pour ses mauvais actes)? N’était-il pas une goutte de sperme éjaculé? (Sourate al-Qiyamah, 36-37)

Comme nous l’avons vu, le Coran nous informe que l’homme n’est pas créé à partir d’une semence complète mais seulement d’une petite partie de celle-ci. L’insistance particulière de cette révélation à annoncer un fait qui n’a été découvert que par la science moderne est une preuve que son origine est divine.

LE MELANGE DANS LA SEMENCE
Le liquide appelé semence ne comporte pas que des spermatozoïdes. Il est composé d’un mélange de différents fluides. Ces derniers ont différentes fonctions: ils contiennent le sucre nécessaire pour fournir l’énergie aux spermatozoïdes, neutralisent les acides à l’entrée de l’utérus et créent l’environnement propice à un meilleur déplacement des spermatozoïdes.
Il est assez intéressant de noter que lorsque la semence est mentionnée dans le Coran, elle est qualifiée de fluide-mêlé:

En effet, Nous avons créé l’homme d’une goutte de sperme mélangé (aux composantes diverses) pour le mettre à l’épreuve. (C’est pourquoi) Nous l’avons fait entendant et voyant. (Sourate al-Insan, 2)

Dans un autre verset, le sperme est défini comme étant un mélange et Dieu souligne dans le Coran que l’homme est créé à partir de ce mélange:

Qui a bien fait tout ce qu’il a créé. Et Il a commencé la création de l’homme à partir de l’argile, puis Il tira sa descendance d’une goutte d’eau vile (le sperme). (Sourate as-Sajda, 7-8)

Le mot arabe sulala, traduit par “goutte” signifie “partie essentielle ou supérieure de quelque chose”. Quelle que soit son implication, il signifie “partie d’un tout”. Ceci prouve que le Coran est l’expression d’une volonté qui connaît la création de l’homme jusque dans ses moindres détails. Cette volonté n’est autre que celle du Créateur de l’homme.

LE SEXE D’UN BEBE
Jusqu’à une époque assez récente, on pensait que le sexe d’un bébé était déterminé par les cellules de la mère. Ou pensait-on tout au moins que le sexe était déterminé conjointement par les cellules mâles et femelles. Mais le Coran nous renseigne différemment: il affirme que la masculinité ou la féminité est créée du “sperme déversé dans la matrice”.

Il a créé le couple, le mâle et la femelle, à partir d’une goutte de semence éjaculée. (Sourate an-Najm, 45-46)

Les progrès des disciplines de la génétique et de la biologie moléculaire ont validé scientifiquement l’exactitude de l’information donnée dans le Coran. On comprend maintenant que le sexe est déterminé par les cellules spermatiques provenant du mâle, et que la femelle ne joue aucun rôle dans ce processus.
Les chromosomes sont les principaux éléments intervenant dans la détermination du sexe. Deux des 46 chromosomes qui déterminent la structure d’un être humain sont identifiés comme les chromosomes sexuels. Ces deux chromosomes sont appelés “XY” chez les mâles et “XX” chez les femelles, parce que la forme des chromosomes ressemble à ces lettres. Le chromosome Y est porteur des gènes codant la masculinité, tandis que le chromosome X est porteur des gènes codant la féminité.
La formation d’un nouvel être humain commence par la combinaison croisée d’un de ces chromosomes, qui existe en paires chez les mâles et les femelles. Chez les femelles, les deux composants de la cellule sexuelle, qui se divise en deux durant l’ovulation, sont porteurs de chromosomes X. La cellule sexuelle d’un mâle, en revanche, produit deux sortes différentes de spermatozoïde, l’une contenant des chromosomes X et l’autre des chromosomes Y. Si un chromosome X d’une femelle s’unit avec un spermatozoïde contenant un chromosome X, alors le bébé sera de sexe féminin. S’il s’unit avec le spermatozoïde qui contient un chromosome Y, le bébé sera de sexe masculin.
Autrement dit, le sexe d’un bébé est déterminé par le chromosome du mâle qui s’unit avec l’ovule de la femelle.
On ignorait tout cela jusqu’à la découverte de la génétique au 20ème siècle. Dans de nombreuses cultures, on s’imaginait même que le sexe d’un bébé était déterminé par le corps de la femelle. C’est pourquoi les femmes étaient blâmées quand elles donnaient naissance à des filles. Treize siècles avant la découverte des gènes humains, le Coran a cependant révélé une information qui dément cette superstition et a mentionné le fait que l’origine du sexe ne provient pas des femmes mais du sperme des hommes.

L’ADHERENCE
S’ACCROCHANT A L’UTERUS

Si nous continuons à examiner le Coran, notamment sur ce qu’il affirme sur la formation des êtres humains, nous rencontrerons encore d’autres miracles scientifiques très importants.
Lorsque le spermatozoïde du mâle s’unit à l’ovule de la femelle, l’essence du bébé à naître est formée. Cette cellule unique, que la biologie appelle “zygote”, commencera instantanément à se reproduire en se divisant, pour devenir ensuite un “morceau de chair”. Nul ne peut, bien entendu, observer cela autrement qu’à l’aide d’un microscope.
Toutefois, le zygote ne passe pas sa période de développement dans le vide. Il s’accroche à l’utérus comme une plante s’enracine dans la terre. Grâce à ce lien, le zygote obtient du corps de la mère les substances essentielles à son développement.16
C’est là qu’apparaît un miracle très important du Coran. Parlant du zygote qui se développe dans l’utérus de la mère, Dieu emploie dans le Coran le mot alaq (adhérence):

Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, créé l’être humain d’un ‘alaq. Lis, car ton Seigneur est le Très-Généreux… (Sourate al-‘Alaq, 1-3)

Le sens du mot alaq en arabe est “quelque chose qui s’accroche”. Ce mot est utilisé littéralement pour décrire les sangsues qui s’accrochent au corps pour sucer le sang.
Ce n’est certainement pas par coïncidence qu’un mot si approprié est utilisé pour le zygote se développant dans l’utérus de la mère. Cela prouve une fois de plus que le Coran est une révélation de Dieu, le Seigneur de tous les mondes.

LES MUSCLES QUI ENVELOPPENT LES OS
Nous avons un autre aspect important des informations mentionnées dans les versets du Coran pour ce qui concerne les étapes du développement d’un être humain dans l’utérus de la mère. Les versets indiquent que dans l’utérus de la mère, ce sont d’abord les os qui se développent, puis que les muscles se forment et enveloppent ces os.

Ensuite Nous en avons fait une goutte de semence dans un réceptacle sûr, puis Nous avons créé de la goutte de semence une adhérence, puis Nous avons créé de l’adhérence un morceau mâché, puis Nous avons créé du morceau mâché des os puis Nous avons revêtu les os de chair; ensuite Nous en avons produit un autre être: béni soit Allah, le meilleur des Créateurs! (Sourate al-Mou’minoûn, 14)

L’embryologie est une discipline scientifique qui étudie le développement de l’embryon dans l’utérus de la mère. Jusqu’à très récemment les embryologues pensaient que les os et les muscles embryonnaires se développaient en même temps. C’est pourquoi, on a longtemps prétendu que ces versets étaient en contradiction avec la science. Mais des recherches microscopiques plus poussées effectuées grâce aux progrès technologiques ont établi que la révélation coranique est littéralement correcte.
Ces examens au niveau microscopique ont montré que le développement à l’intérieur de l’utérus maternel se fait exactement de la manière décrite dans le verset. D’abord, le tissu cartilagineux de l’embryon s’ossifie. Puis les cellules musculaires qui sont sélectionnées dans le tissu entourant les os s’assemblent et enveloppent ces os. Cet événement est décrit dans une publication scientifique nommée Developing Human en ces termes:
“Au cours de la septième semaine, le squelette commence à se former dans le corps et les os prennent leur forme familière. À la fin de la septième semaine et durant la huitième semaine, les muscles prennent leur position autour des os.” 17
Bref, les étapes du développement humain décrites dans le Coran concordent parfaitement avec les découvertes de l’embryologie moderne.

LES TROIS ETAPES DANS L’UTERUS MATERNEL
Dans le Coran, il est noté que l’homme est créé dans un processus de trois étapes dans l’utérus maternel.
Il vous crée dans les ventres de vos mères, création après création, dans trois ténèbres. Tel est Allah, votre Seigneur! À Lui appartient toute la royauté. Point de divinité à part Lui. Comment pouvez-vous vous détourner (de son culte)? (Sourate az-Zumar, 6)
Comme on peut le comprendre, ce verset indique que l’être humain est créé dans le ventre de sa mère en trois étapes distinctes. La biologie moderne a bien révélé que le développement embryonnaire du bébé a lieu dans trois régions distinctes de l’utérus maternel. Aujourd’hui, dans les manuels d’embryologie étudiés dans les facultés de médecine, ce sujet est considéré comme une connaissance fondamentale. Par exemple, dans Basic Human Embryology, un texte de référence fondamental dans le domaine de l’embryologie, ce fait est exprimé ainsi:
“La vie dans l’utérus connaît trois étapes: pré-embyonnaire (les premières deux semaines et demie); embryonnaire (jusqu’à la fin de la huitième semaine); et fœtale (de la huitième semaine à l’accouchement).” 18
Ces phases, appelées trimestres, désignent trois périodes et correspondent aux étapes du développement du bébé. Les caractéristiques de ces 3 étapes sont décrites ainsi:
– L’étape pré-embryonnaire:
Lors de cette première étape, le zygote commence instantanément à se reproduire en se divisant. Il devient ensuite un morceau de chair et s’accroche à la paroi de l’utérus. Les cellules s’organisent en trois couches tout en continuant à se reproduire.
– L’étape embryonnaire:
Pendant cette deuxième étape qui dure 5,5 semaines, l’être vivant est appelé “embryon”. Les cellules commencent à former les organes et les systèmes principaux du corps.
– L’étape fœtale:
L’embryon est appelé “fœtus” pendant cette étape qui commence à partir de la 8ème semaine de la grossesse et qui dure jusqu’à l’accouchement. À la différence de l’étape précédente, le fœtus a maintenant l’apparence d’un être humain avec son visage, ses mains et ses pieds. Bien que long de trois cm au premier stade, le fœtus a tous ses organes complets. Cette étape dure trente semaines et le développement continue jusqu’à la semaine de l’accouchement.

Ces informations sur le développement dans l’utérus maternel n’ont été disponibles qu’après des observations effectuées avec des instruments modernes. Pourtant, comme de nombreux autres faits scientifiques, ce savoir nous est communiqué miraculeusement dans les versets du Coran. Le fait que des renseignements si détaillés et si exacts aient été donnés dans le Coran, à une époque où les gens n’avaient que des connaissances réduites des questions médicales, prouve clairement que le Coran n’est pas une parole humaine, mais la parole de Dieu.

21. LE LAIT MATERNEL

Le lait maternel a la double particularité de nourrir le nouveau-né de façon excellente et d’augmenter la résistance du bébé contre les maladies. Même les nourritures artificielles pour nourrisson, malgré toute la technologie actuelle, ne peuvent pas remplacer ce lait miraculeux.
On vient de découvrir grâce à des recherches scientifiques qu’il est très bénéfique d’allaiter le bébé avec le lait maternel pendant deux années.19 Or Dieu a révélé cette information, récemment découverte par la science, avec le verset “…son sevrage a lieu à deux ans” il y a de cela quatorze siècles.

Nous avons commandé à l’homme (la bienfaisance envers) ses père et mère; sa mère l’a porté (subissant pour lui) peine sur peine: son sevrage a lieu à deux ans. Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination. (Sourate Luqman, 14)

22. LE CARACTÈRE UNIQUE DE L’EMPREINTE DIGITALE

Le Coran attire l’attention sur les empreintes digitales tout en précisant qu’il est facile pour Dieu de ressusciter l’homme après la mort:
L’homme, pense-t-il que Nous ne réunirons jamais ses os? Mais si! Nous sommes capable de remettre à leur place les extrémités de ses doigts. (Sourate al-Qiyamah, 3-4)

Cette insistance a une signification très spéciale car l’empreinte digitale est absolument unique. Chaque personne vivant ou ayant vécu sur terre a des empreintes digitales uniques.
C’est pourquoi l’empreinte digitale, reconnue comme étant une sorte de “carte d’identité” très importante, est largement utilisée dans ce sens sur terre.
Ce qui est important, c’est que cette caractéristique des empreintes digitales a été découverte seulement vers la fin du 19ème siècle. Avant cela, les gens considéraient les empreintes digitales comme des formes onduleuses sans importance ou signification spécifiques. Cependant dans le Coran, Dieu désigne l’extrémité des doigts, dont l’importance ne fut jamais soulignée jusqu’à nos jours.