La Salat Fatihi

Elle draine plus de dons et grâces sur son sillage et remporte beaucoup plus l’agrément divin. Toutes les prières sur le Prophète (SAS) sont parfaites, mais il est préférable et meilleur de l’exalter en priant sur lui par la salatul-fatihi.
Cette formule renferme en son sein la quintessence des secrets contenus dans toutes les modalités de prière sur le Prophète (SAS) que seuls connaissent les ayants-droit. Elle contient aussi en son sein la substance des privilèges accordés aux formules de prière sur le Prophète (SAS).
Les dons et grâces qu’elle colporte se répandent sur tout et se déversent telle une chute sur tout homme et préférentiellement sur les tidjanes qui sont tous assurés du salut.

La formule de la salâtul-fâtihi se résume à ceci :
« Allâhumma çalli ‘alâ sayyidinâ Muhammadinil-fâtihi limâ ughliqa ; wal-khâtimi limâ sabaqa ; nâçiril-haqqi bil-haqqi ; wal-hâdî ilâ çirâtikal-mustaqîmi wa ‘alâ âlihî haqqa qadrihî wa miqdârihil-‘azîm ».

Traduction :
1- Ô Dieu prie sur notre seigneur Muhammad qui a ouvert tout ce qui était clos (allâhumma çalli ‘alâ sayyidinâ muhammadinil-fâtihi limâ ughliqa) : Dieu a créé les fils d’adam et les a honorés. La porte donnant accès à ces honneurs était scellée durant la préexistence du prophète (SAS) dans le magasin des richesses divines, dans le secret de sa quidité (huwiyya). Cette porte a été ouverte par le prophète Muhammad (SAS).
On peut dire autrement qu’elle était demeurée fermée durant la préexistence adamique et n’a été ouverte par le prophète (SAS) qu’avec la manifestation d’Adam. On peut aussi dire que cette porte était restée scellée du début du commencement de l’existence à la manifestation charnelle (nâsûtiyya) du prophète (SAS). Son ouverture ayant eu lieu avec sa naissance à la Mecque, le demeurera jusqu’à la fin des temps.

2- qui a complété ce qui a précédé (wal-khâtimi limâ sabaqa) :
Tous les bienfaits accordés à l’homme ont atteint leur complétude et leur perfection avec l’avènement du prophète Muhammad (SAS) ; après lui (SAS) personne ne viendra pour manifester l’équivalent de ce qu’il a apporté ou plus. Il a complété tout ce que ses prédécesseurs ont apporté aux hommes à travers leurs différentes missions – lui même a atteint la perfection de son être à Médine, après donc sa vie à la Mecque, de même que sa mission.
Sa complétude et sa perfection tiennent aussi de sa qualité de sceau des prophètes, de sceau des saints avec sa manifestation par Ahmadu dans la Tariqa Tidjane et de son épiphanie dans la Faydatou Tidjane en la personne d’Ibrahim.
C’est donc la manifestation de la réalité archétypique du prophète (SAS), son déploiement et sa coagulation en des symboles humains, qui apporte en tout temps et en tout lieu aide et secours aux existants. Il faut donc faire appel à l’acuité et à la transparence spirituelle pour percevoir la réalité archétypique du prophète (SAS) en tout saint.

3- celui qui aide (soutient) la vérité par la vérité (nâçiril-haqqi bil-haqqi) : La Vérité (al-Haqq) est un des noms de Dieu. Son epiphanie est la manifestation témoignante de l’ipséité divine.
La vérité correspond aussi à l’Islam et par la venue du prophète (SAS), cette religion est née et essaimée partout dans le monde. C’est lui aussi qui renforce la wilâyatu (Sainteté) par la nubuwwatu (Prophètie) et la Tariqa Tidjane par l’Islam ou vice-versa.
C’est lui aussi qui apporte aide et soutient à la Tariqa Tidjane par la faydat tidjaniyya. L’actualisation du prophète (SAS) en Ahmadu est aussi un soutient à Muhammadu. Le vicariat (khilâfatu) qui se rapporte à la servitude est aussi soutient à la ahmadiyatu (qui est la dimension de la révélation de Muhammadu).

4- le guide dans le droit chemin (wal-hâdî ilâ çirâtikal-mustaqîmi) :
Ce droit chemin correspond à l’Islam et à l’ensemble des religions apportées aux hommes par les prophètes. Ces religions constituent la norme de la vérité et de la droiture, et octroyaient lumière et guidance aux hommes.
On peut dire que Muhammad (SAS) est le seul prophète que Dieu a envoyé aux hommes depuis l’aube des temps jusqu’à la fin du cycle de la manifestation prophétique. Il est le prototype qui s’est incarné à travers le temps en des enveloppes charnelles diverses, chacune le manifestant sous un certain rapport. Cependant, dans la perspective exotérique, le droit chemin correspond à l’Islam, chemin sur lequel la marche se fait sous la guidée (guidance) du prophète Muhammad (SAS).

5 – ainsi que sa famille, à la dimension de son grade et de sa suprême élévation auprès de toi, Allah (wa ‘alâ âlihi haqqa qadrihî wa miqdârihil-‘azîm) :
Les membres de la famille du prophète (SAS) sont les ahl-ul beyt : Fatima sa fille, Ali son gendre, Hassan et Hussein leur fils, ainsi que leur descendance. Les héritiers de la réalité archétypique du prophète (SAS) (haqîqatul muhammadiyya), les dépositaires du vicariat sont aussi les ahl-ul beyt, les membres de sa famille.
Beaucoup de gens, dans leurs prières sur le prophète (SAS) pérorent en demandant à Dieu qu’elles soient au prorata d’un comparatif sans commune mesure avec la dignité, la grandeur et la noblesse prophétiques : certains demandent à Dieu que leurs prières soient proportionnelles en valeur quantitative aux gouttelettes de pluie qui se déversent du ciel et d’autres, qu’elles le soient à la mesure du nombre de créatures, etc.
Chacun dans son ardeur à prier sur le prophète (SAS) demande à dieu de hisser cette prière à une hauteur qui traduit dans l’ordre créaturel une élévation mais ne représente rien par rapport à la Majesté Divine. C’est pour cela qu’il est demandé à Dieu dans la salâtul fâtihi, d’attribuer à la prière sur le prophète (SAS) un coefficient dans l’ordre numéral divin à la mesure de Sa Science, corrélativement à sa Majesté et sa Grandeur. C’est cela qui relève plus de la perfection.

Voilà en conclusion un commentaire bref et superficiel de la salâtul fâtihi dont l’exégèse approfondie révèle une richesse inouïe.

Jawharatul kamal

La Jawharatul Kamal est également appelée la Perle de la perfection
1. Il faut préalablement se purifier à l’eau.

2. S’asseoir à l’image de celui qui dans sa prière récite le tachahhud ou à défaut, les genoux pliés et les jambes croisées l’une sur l’autre. Mais à partir de la 7e Jawharatoul Kamal, obligation est faite à l’orant de s’asseoir dans la disposition de celui qui est en prière.

3. Si pour une contrainte quelconque, le disciple ne peut se purifier à l’eau, s’il ne réunit pas les conditions de purification des vêtements et du lieu où doit se tenir la wazîfa, s’il ne peut s’asseoir dans la position recommandée surtout lors de la récitation de laJawharatoul Kamal, autorisation lui est donnée de remplacer la récitation des 12Jawharatoul Kamal par celle de 20 Salâtul-fâtihi.

4. Si l’impossibilité de remplir une seule de ces conditions se présentait la Jawharatoul Kamal sera donc remplacée par la Salâtul-fâtihi.

5. Lors de la récitation collective, la wazîfa se fera à haute voix. Dans ce cas, l’orant veillera à ce que l’amplitude de son oraison s’harmonise à celle du groupe. S’il se joint à une assemblée de femmes, elles pourront élever comme les hommes la voix, à condition qu’elles ne les perturbent pas (en exacerbant leurs passions). Elles pourront aussi, si telle est leur préférence réciter la wazîfa à voix basse.

6. De toute façon, le Zikr (l’invocation) purifie des pêchés mais ne les suscite guère. De plus, Dieu en parlant des invocateurs et des invocatrices dans le Coran n’a établi de distinction d’aucune sorte, ni n’a imposé une quelconque limitation. Il les a au contraire réjoui de la belle récompense dont ils bénéficieront. La même obligation qui pèse sur l’homme en matière de posture dans la wazîfa pèse aussi sur la femme. Si pour une contrainte quelconque elle ne peut s’y astreindre, elle devra remplacer la Jawharatoul Kamal par la Salâtul-fâtiha.

• Allâhumma çalli wa sallim ‘alâ ‘aynir-rahmatir-rabbâniyyati wal yâqûtatil-mutahaqqiqatil-hâ’itati bimarkazil-fuhûmi wal-ma’ânî. wa nûril-akwânil-mutakawwinatil-âdamiyyi çâhibil-haqqi rabbânî. Albarqil-ashta’i bimuzûnil-arbâhil-mâli’ati likulli muta’arridin minal-buhûri wal-awânî. wa nûrikal-lâmi’il-lazî mala’ta bihî kawnakal-hâ’ita bi amkinatil-makânî.
• Allâhumma çalli wa sallim ‘alâ ‘aynil-haqqil-latî tatajallâ minhâ ‘urûchul-haqâ’iqi ‘aynil-ma’ârifil-aqwam çirâtikat-tâmil-asqam.
• Allâhumma çalli wa sallim ‘alâ tal’atil-haqqi bil-haqqil-kanzil-a’zam. ifâdhatika minka ilayka ihâtatin-nûril-mutalsam çallal-lâhu ‘alayhi wa ‘alâ, âlihî çalâtann tu’arrifunâ bihâ iyyâhu.

TRADUCTION DE LA JAWHARATUL KAMAL :
Cette oraison est d’un langage codé et l’on ne peut se suffire d’une simple traduction pour en saisir le contenu car en fait même cette traduction est à son tour pleine de sens allusifs qui nécessitent une exégèse, la quelle laisse l’appréhension des sens subtiles à des facultés ultra-supérieures !

Ô Allah ! Pries (relis-toi) et accordes la paix :
– à l’être de la vérité seigneuriale, culminante (tel le yâqût, le minéral suprême) englobant la totalité des entendements et des archétypes ;
– à la lumière des existences incarnée par le prototype humain détenteur de la vérité seigneuriale ;
– à l’éclair brillant déchirant les nuages (précurseurs de la pluie) des faveurs (de la Miséricorde divine) ; (Pluie de faveurs) qui remplissent tout réceptacle proportionnellement à sa capacité ; fut-elle à la dimension des mers (prophètes) ou des récipients (saints) ;
– à Ta lumière brillante par laquelle tu emplies Ton Etre qui embrasse la totalité des lieux ;

Ô Allah ! Pries (relis-toi) et accordes la paix :
– à l’être de la vérité par laquelle se manifestent les mondes des vérités réelles,
– source des connaissances justes,
– Ta voie (droite) la plus complète et la plus rectiligne ;

Ô Allah ! Pries (relis-toi) et accordes la paix :
– à l’apparition de la vérité par la vérité, au trésor le plus sublime ;
– à Ton effusion (provenant de Toi et) qui retourne à Toi, et qui englobe la lumière cachée.

Qu’Allah prie (se relie) sur lui et les siens, d’une prière (liaison) par laquelle, Ô Allah, Tu nous le feras connaître !

Invocation De La Wazifa

Cette invocation est écrite par mawlana Cheikh Ibrahim Abdallah NIASS (qu’Allah soit satisfait de lui)

Allâhumma antal awwalu fa laysa qablaka chay’un wa antal âkhiru fa laysa ba’daka chay’un wa antaz-zâhiru fa laysa fayqaka chay’un wa antal bâtinu fa laysa dûnaka chay’un. Fakun lanâ yâ awwalu yâ âqiru yâ zâhiru yâ bâtinu waliyyan wan-naçîran anta waliyuna fa ni’mal mawlâ wan-ni’man-naçîru.
Allâhumma innâ nas’aluka bifâtihiyyatil fâtihi fathat-tâma wa bi khâtimiyatil khâtimi husnal khitâmi. Allâhumma innâ nas’alukal-khayra kullahû ‘âjilahû wa âjilahû ma ‘alimnâ minhu wa mâ lam na’lam, wa na’ûdhu bika minach-charri kullihî ‘âjilihî wa âjilihî ma ‘alimnâ minhu wa mâ lam na’lam.
Allâhumma innâ nas’alukal jannata wa mâ qarraba ilayhâ min qawlin wa ‘amalin, wa na’ûdhu bika minan-nâri wa mâ qarraba ilayhâ min qawlin wa ‘amalin. Allâhumma innâ nas’alukal-‘afwa wal ‘âfiyata wal mu’âfâtad-dâ’imata fîd-dîni wad-dunyâ wal-âkhirati. Allâhumma innâ nas’aluka ridâka wa ridâ nabiyyika sayyidinâ Muhammadin çallal-Lâhu ‘alayhi was-sallam, wa ridâl-achyâkhi wa ridâl-wâlidayni. Allâhumma ij’al mâ nuhibbu fî mâ tuhibbu wa tardâ. Allâhumma ij’al fî ikhtiyârika ikhtiyaranâ wa lâ taj’al illâ ilayka idtirâranâ.
Yâ rabbanâ yâ khâliqal-‘awâlimi hul baynanâ wa bayna kulli zâlimi
Wajzi li kulli man ilaynâ ahsanâ wa jâzîhi ‘annâ jazâ’al ahsanâ
Allâhumma irfa’ ‘annâl-jahda wal jû’a wal-‘urya wakchif ‘annâ minal balâ’i mâ lâ yakchifuhâ ghayruka. Allâhumma farrij ‘an ummati sayyidinâ Muhammadin çallal-Lâhu ‘alayhi was-sallam.
Rabbanâ âtinâ fîd-dunyâ hasanatan wa fil-âkhirati hasanatan waqinâ ‘adhâban-nâri. Rabbanâ lâ tuwâkhidhnâ in nasînâ aw akhta’nâ, rabbânâ wa lâ tahmil ‘alaynâ içran kamâ hamaltahû ‘alal-lazîna min qablina, rabbanâ wa lâ tuhammilnâ mâ la taqata lanâ bihî ; wa’fu ‘annâ waghfir lanâ warhamnâ anta mawlânâ fançurnâ ‘alal qawmil kâfirîna.
Rabbanâ lâ tuzigh qulûbanâ ba’da idh hadaytanâ wa hab lanâ min ladunka rahmatan innaka antal wahhâb. Rabbanâ innanâ sami’nâ munâdiyan yunâdî lil imâni an âminû bi rabbikum fa âmannâ. Rabbanâ faghfir lanâ dhunûbanâ wa kafir ‘annâ sayyi’âtinâ wa tawaffanâ ma’al abrâri.
Rabbanâ wa âtinâ mâ wa’adtanâ ‘alâ rusulika wa lâ tukhzinâ waymal qiyâmati innâka lâ tukhliful mî’âda.
Rabbanâ zalamnâ anfusanâ wa in lam taghfir lanâ wa tarhamnâ la nakûnana minal-khâsirîna. Rabbanâ âtinâ min ladunka rahmatan wa hayyi’ lanâ min amrinâ rachadan. Rabbanâ hab lanâ min azwâjinâ wa dhurriyyâtinâ qurrata a’yunin waj’alnâ lil muttaqîna imâman.
Allâhumma ighfir lihayyinâ wa mayyitinâ, wa kabîrinâ waç-çaghîrinâ, wa dhakarinâ wa unsânâ, wa hurinâ wa ‘abdinâ, wa hâdirinâ wa ghâ’ibinâ, wa tâ’i’inâ wa ‘âsînâ. Âmîn

Traduction française
Ô Allah, Tu es le Premier sans antériorité et Tu es le Dernier sans postérité. Tu es l’Apparent sans dessus et Tu es le Caché sans altérité. Sois pour nous Ô Toi le Premier, Ô Toi le Dernier, Ô Toi l’Apparent, Ô Toi le Caché- un Allié et un Soutien en tout ; Tu es notre Maître. Quel bon Maître ! Quel bon assistant !
Ô Allah, nous Te demandons par l’ouverture de celui qui la personnifie de nous octroyer une ouverture parfaite. Nous Te demandons, par la complétude de celui qui la personnifie, une belle fin.
Ô Allah, nous Te demandons le bien dans la totalité de ses aspects, maintenant et ultérieurement, ce que nous en connaissons et ce que nous en ignorons. Nous Te demandons de nous préserver du mal dans la totalité de ses formes, maintenant et ultérieurement, ce que nous en connaissons et ce que nous en ignorons.
Ô Allah ! Nous Te demandons le Paradis ainsi que tout ce qui y approche en parole et en acte ; et nous Te demandons de nous préserver de l’enfer ainsi que tout ce qui y rapproche en parole et en acte.
Ô Allah ! Nous implorons le pardon ; nous Te demandons de nous établir dans la paix et d’instituer la paix entre les créatures et nous, une paix éternelle dans notre religion, dans notre vie ici-bas et dans l’au-delà.
Ô Allah ! Nous Te demandons Ton Agrément, ainsi que celui de Ton prophète, Sayyidina Muhammad (sas) ; nous Te demandons l’agrément de nos Maîtres spirituels (Cheikh) ainsi que celui de nos deux parents.
Ô Allah ! Établis la concordance entre nos désirs et Ton vouloir (Ta volonté) ainsi que ce que Tu agrées. Ô Allah ! Fais que notre choix soit en conformité avec la tienne et fais que nous n’ayons aucune sollicitude envers autre que Toi.
Ô notre Seigneur, Créateur de tous les mondes, dresses-Toi entre nous et tous les êtres malfaisants. Rétribues en bien quiconque témoigne de l’égard et agit positivement avec nous.
Ô Allah ! Ôtes (dissipe) de nous la fatigue vaine, la faim, le dénouement (carence vestimentaire) et enlève sur nous les malédictions que nul autre que Toi ne peut enlever.
Ô Allah ! Apporte Ton secours à la communauté de notre Seigneur Muhammad (sas).
Ô notre Seigneur, octroies nous la belle part dans ce monde et dans l’au-delà, et préserve nous du châtiment du feu.
Ô notre Seigneur, ne nous châties pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur. Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais-nous miséricorde. Tu es Notre Maître, accorde-nous donc la victoire sur les peuples infidèles.
Ô notre Seigneur, ne dévies pas nos coeurs après nous avoir accordé la droiture, et octroies-nous des biens procédant de Ta Miséricorde, Toi le Grand Donateur. Seigneur ! Nous avons entendu l’appel de celui qui a appelé ainsi à la foi : « Croyez en votre Seigneur ! Et dés lors nous avons cru. Seigneur, pardonne-nous nos péchés, efface de nous nos méfaits, et place nous, à notre mort, avec les gens de bien. Seigneur donne-nous ce que Tu nous as promis par Tes messagers. Et ne nous couvre pas d’ignominie au Jour de la Résurrection. Car Toi, Tu ne manques pas Ta promesse.
Ô notre Seigneur, nous avons fait du tort à nous-même, et si Tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas miséricorde, nous serons très certainement du nombre des perdants. Ô notre Seigneur ! Donne-nous de Ta part une miséricorde ; et assure-nous la droiture dans tout ce qui nous concerne.
Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux.
Ô Allah, accorde Ton pardon à ceux qui sont vivants ou morts, adultes ou jeunes, mâles ou femelles, libres ou esclaves, présents ou absents, obéissants ou désobéissants. Âmîn.

Salatul TunjÎnÂ

Invocation (dou’aou) SALÂTU TUNJÎNÂ
Allâhumma çalli ‘alâ Sayyidinâ Muhammadin
çalâtan tunjînâ bihâ min jamî’il ahwâli wal âfâti,
wa taqdî lanâ bihâ jamî’al hâjâti,
wa tutahhirunâ bihâ min jamî’is-sayyi-âti,
wa tarfa’unâ bihâ ‘indaka a’lâd-darajâti,
wa tuballighunâ bihâ aqçâl ghâyâti
min jamî’il khayrâti fil-hayâti wa ba’dal mamâti bi rahmatika
yâ arhamar-râhimîna
yâ rabbal ‘âlamîna.

Traduction française
Ô Allah, pries sur notre Maître Muhammad, d’une prière par laquelle :
Tu nous sauves de toute terreur et de tout fléau
Tu satisfaits tous nos vœux
Tu nous purifies de toute vilénie
Tu nous hisses, par devers Toi, aux stations les plus élevées ; et par laquelle
Tu nous fais accéder à la cime des faveurs dans la vie et après la mort
Nous Te demandons ceci par Ta Miséricorde
Ô le plus miséricordieux des miséricordieux
Ô Toi le Seigneur des mondes