 PRÉSENTATION

hadith, dans l’islam, court récit rapportant une parole (aqwal) ou un acte (af’al) de Mahomet ; l’ensemble des hadiths constitue la Sunna (la « Tradition »). Les hadiths permettent de réglementer divers aspects de la vie du croyant musulman, tels que les relations entre les individus ou la relation à Dieu (Allah en arabe) ; ils contiennent également des lois, des discussions sur des sujets théologiques comme les méthodes de jeûne et de prière, ainsi que des codes de conduite personnelle, sociale et commerciale.

 L’IMITATION DU PROPHÈTE

En cas de doute sur une question religieuse ou juridique, l’idée existait déjà du vivant de Mahomet de le consulter et de suivre son exemple. Ainsi, les compagnons du prophète se sont particulièrement attachés à se rappeler ses paroles et ses gestes, et les ont oralement transmis à la génération suivante, qui les a elle-même rapportés à la suivante, etc. Progressivement, un nombre incalculable de hadiths s’est mis à circuler dans le monde musulman ; il en existe aujourd’hui plusieurs centaines de milliers, dont la forme et le contenu diffèrent souvent entre les traditions sunnite et chiite.

 CONTENU TYPE D’UN HADITH

Le hadith est ainsi un « dit » de Mahomet, remontant soit au prophète lui-même, soit à l’un de ses compagnons. Un hadith débute toujours par la chaîne de transmission (isnad) du récit : « A a dit, qui lui-même le tient de B, qui l’a reçu de C, qui l’a entendu de D, compagnon du prophète… ». Vient ensuite le récit lui-même (matn), dont l’introduction (taraf) présente souvent le type de hadith dont il va être question (dit ou geste de Mahomet).

 VALIDITÉ ET VALEUR DES HADITHS

_ Authentification

Les premiers recueils de hadiths remontent au IIIe siècle de l’hégire (IXe siècle). À cette époque, le nombre impressionnant de hadiths en circulation conduit les théologiens à entreprendre une authentification de ces recueils. L’isnad (la liste des noms de ceux qui se sont transmis le hadith de génération en génération, remontant jusqu’au compagnon tenant l’information du prophète lui-même) sert alors de critère principal dans cette classification : si les chaînes de transmission remontent directement à Mahomet, que les personnes citées sont toutes connues pour leur honnêteté, et s’il paraît plausible que celui qui a transmis l’information a véritablement pu rencontrer celui auquel il l’a transmise, alors le hadith est reconnu comme authentique. Si la chaîne de transmission ne répond pas à l’une de ces conditions, le hadith est considéré comme suspect.

Les hadiths ont donc été distingués en fonction de leur chaîne de transmission (isnad), qui peut être continue, interrompue ou relâchée. Il est également noté si un hadith est connu par plusieurs filières de transmetteurs (ce qui accentue sa fiabilité), et quel est le degré de fiabilité et de mémoire des transmetteurs et des rapporteurs. Les hadiths ont ainsi été distingués entre les authentiques et les acceptables, ceux déclarés suspects ayant été rejetés (hadiths apocryphes).

_ Classification

Plusieurs types de classification des hadiths ont été élaborés, certains optant pour un classement thématique, d’autres pour une classification basée sur la chronologie de la chaîne des transmetteurs. Un autre système de classification tient compte du contenu du texte, et distingue hadith divin (parole divine rapportée par le prophète), hadith élevé (récit émanant du prophète), hadith arrêté (récit rapporté par un compagnon du prophète) et hadith divisé (récit rapporté par la première génération suivant les compagnons du prophète).

 PRINCIPAUX RECUEILS DE HADITHS

Six recueils de hadiths, jugés authentiques conformément aux critères d’authentification, ont finalement été acceptés par l’ensemble des musulmans sunnites comme faisant autorité et possédant un statut plus élevé que d’autres collections existantes.
Il s’agit des compilations d’al-Bukhari et de Muslim (deux recueils appelés al-Sahîh, « L’Authentique »), mais aussi de celles d’Abu Dawud, d’al-Tirmidhi, d’al-Nasa’i et d’Ibn Maja (quatre recueils appelés Sunan, « Les Pratiques [du prophète] »). À cette liste peut être ajouté le recueil d’Ibn Hanbal, dont les hadiths sont classés en fonction des rapporteurs (recueil connu sous le nom de Musnad).

Les chiites disposent de leur propre corpus de recueils de hadiths, dont le plus célèbre est celui d’al-Kulayni (connu sous le nom d’al-Kâfi, « Le Suffisant »).

Puisque la Tradition du prophète qui y est relatée est reconnue comme inspirée par Dieu, ces écrits sont eux-mêmes tenus comme une forme de révélation divine. Ils sont par conséquent traités avec grande déférence, faisant l’objet de somptueuses éditions manuscrites et imprimées. Il n’en demeure pas moins que certains de ces recueils de hadiths ont été suspectés pendant plusieurs siècles avant que leur statut ne soit reconnu ; aujourd’hui encore, le recueil d’Ibn Maja est considéré par certains théologiens comme inférieur aux cinq autres.